Mimizan avenir

BUDGET: NOUS TOUCHONS LE FOND

BUDGET: NOUS TOUCHONS LE FOND

 

Lors du Conseil Municipal du 14 avril nous avons examiné la proposition de Budget Primitif pour l’année 2011. Sans sourciller l’adjoint en charge des finances nous annonce qu’en 2011 l’épargne nette sera négative (- 318 000€). En clair nos recettes de fonctionnement ne dégagent pas les moyens nécessaires pour participer au financement des dépenses d’investissement. C’est par la vente du patrimoine et par l’emprunt que nous finançons l’investissement. La majorité a donc mis en œuvre la politique de la terre brulée, après moi rien ne repoussera. Toutes les réserves foncières que les municipalités successives se sont échinées à réaliser pour mettre en œuvre une politique de requalification urbaine sont dilapidées pour financer la disqualification de Mimizan Plage Nord telle qu’elle est entreprise avec les travaux en cours et le plan de circulation ubuesque.

Il faut vous rappeler que l’épargne nette (l’indicateur le plus utilisé pour mesurer la santé financière de la collectivité) s’établissait à 1500 000€ en 2008 quand la municipalité a changé de main. Il n’aura pas fallu longtemps pour mettre tous les clignotants au rouge.

Même si l’Etat par sa politique d’assèchement des finances locales contribue aux difficultés, les choix en matière de gestion des ressources humaines et de fêtes et cérémonies contribuent largement à aggraver la situation. « La montée en compétence » comme Monsieur le Maire se plait à décrire ses recrutements, nous fait plutôt  tutoyer l’abîme financier que les sommets de l’excellence.

Monsieur Plantier se faisait fort de sortir Mimizan de la «  torpeur dans laquelle elle était depuis 1970 », pour l’instant il est le fossoyeur de ses finances.

Dernier commentaire

  • JL B
    3 mai 2011 at 10 h 34 min

    je viens par ailleurs de lire la revue municipale et je trouve très questionnant cette orientation budgétaire défendue par l’adjoint aux finances. Ce n’est pas un cercle vertueux que de vendre les
    terrains pour financer la voirie. C’est hélas une vision à court terme juste pour tenir jusqu’en 2014. Après, on ne sait rien sauf que les capacités financières et foncières de la commune seront
    réduites. Plutôt inquiétant sans parler de la feuille de route dont quelques aspects méritent examen.