Mimizan avenir

Conseil municipal du 28 mars

Conseil municipal du 28 mars

Intervention d’Alain Ringeval …sur le budget:

Au-delà des considérations financières, ce qui nous frappe le plus est votre attitude.

Alors que la situation très préoccupante des finances de la commune mériterait humilité et profil bas, vous continuez à fanfaronner comme si donner le change était plus important que de sauver la commune de la cessation de paiement.

Alors que le budget que vous nous présentez s’apparente à un décor de cinéma où le clinquant rivalise avec le mauvais goût, les coulisses révèlent le puits sans fond dans lequel vous êtes en train de précipiter la commune. Mais tel le commandant du Titanic, vous faites jouer l’orchestre et pas n’importe quel morceau : la chevauchée des Walkyries de Wagner, alors que la marche funèbre de Chopin serait de circonstance.

Vous serez identifiés comme les fossoyeurs des finances de la commune que vous aurez précipitées sous une chape de béton lavé.
Au lieu de vous attaquer aux véritables défis de la commune, vous passez votre temps à justifier l’injustifiable et à disqualifier nos arguments en étalant votre commisération.

À la différence de vous, partout où nous sommes en responsabilité, dans les mêmes circonstances que celles que connaît la commune, nous démontrons qu’un autre chemin est possible. Nous arrivons à investir tout en maintenant un autofinancement conséquent, en limitant le recours à l’emprunt sans se défaire de notre patrimoine.

Mais ce serait certainement trop vous abaisser que de reconnaître vos erreurs et inverser votre politique. Jusqu’à quand allez-vous chercher des boucs émissaires, tantôt l’Etat, tantôt les élus de l’opposition, pour justifier le chaos dans lequel vous avez mis la commune ?

La multiplication des panneaux, des publications, ne feront illusion qu’un temps car on ne trompe pas le bon sens populaire très longtemps. Les lendemains de fête sont souvent très douloureux.

L’insincérité de votre budget est encore plus flagrante que les années antérieures qui pourtant étaient déjà très gratinées. L’absence de dépenses engagées et le flou qui entoure l’opération des activités sportives est symptomatique de vos méthodes. Le réaménagement du centre bourg en est une autre illustration car l’acquisition du commerce de l’ancienne boucherie n’a jamais été formalisée. Vous ne la prévoyez pas plus dans ce budget, mais vous annoncez la liaison piétonne avec l’ancienne propriété Soulan.

Vous vous affranchissez de toutes les règles et quand quelqu’un a l’outrecuidance de vous le rappeler, c’est lui qui est un frein au bon fonctionnement de la commune.

L’épisode du casino est en cela révélateur. Chaque occasion est bonne pour expliquer que l’acquisition du casino est la faute de l’opposition.
Pourquoi ne pas expliquer que le montage juridique que vous aviez prévu  a été jugé illégal à plusieurs reprises et, comme vous n’avez pas voulu renoncer à cette réalisation, vous avez été contraints de l’acheter, mais que, quel que soit le montage, le coût in fine était à la charge de la commune et que le modèle économique était le même ?

Aujourd’hui, après nous avoir démontré, l’an passé, à la même époque, qu’il vous faudrait 253 000 € par an de loyer et de produits des jeux, pendant 25 ans, pour rembourser le casino, vous vous félicitez de 100 000 € de loyer et de 30 000 € de produits des jeux. Le compte n’y est pas, du moins pour la commune et ses contribuables.

On pourrait évoquer les campings privatisés et la perte sèche pour les finances communales, bien que chaque année vous nous annonciez le contraire; mais à chaque examen du compte administratif les sommes encaissées sont en deçà de vos prévisions. Sans compter le manque à gagner pour la communauté de communes, car le délégataire ne s’acquitte pas de la taxe de séjour.e  Il a augmenté de façon éhontée la tarification de l’hébergement du camping mais la taxe de séjour, elle, n’est pas réglée ! Les changements opérés confirment ce que nous vous avions annoncé : renforcement de l’autarcie, moins d’échanges avec les commerces de la station qui l’ont particulièrement ressenti cet été.

On pourrait évoquer vos prévisions de cessions foncières qui sont systématiquement démenties, mais vous vous obstinez à les inscrire. Et en cours d’année,  vous êtes contraints de transformer ces recettes hypothétiques en emprunt et continuer par la même à creuser le trou dans lequel vous enfoncez la commune.

Sans parler de l’absence de l’opération d’achat au département du Tarn et Garonne, alors que vous vous êtes engagé personnellement, M. le maire, par courrier auprès du président de ce département, il y a moins de quinze jours ! Cette dépense de 4,5 millions d’€ n’est même pas évoquée !

Nous ne sommes plus surpris par cette désinvolture manifeste à l’encontre des finances communales et des règles élémentaires qui régissent les collectivités territoriales. Mais notre absence de surprise n’amenuise pas pour autant notre affliction et notre désappointement.
Quoi que vous disiez, nous continuerons à informer les habitants sur cette réalité que vous occultez mais qui va éclater au grand jour car vos fournisseurs ne pourront éternellement vous servir de banquiers et attendre des paiements qui ne viennent pas.

Nous ne sommes pas dupes. Vous jouez la montre jusqu’aux prochaines échéances électorales en espérant que cela tienne et que personne ne vienne faire vaciller le château de cartes et dévoiler l’envers du décor…de cinéma.

 

 

 

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.