Mimizan avenir

MIMIZAN-AVENIR: LE PROJET DE VIE (3)

MIMIZAN-AVENIR: LE PROJET DE VIE (3)

Vie culturelle et animations (Alain Ringeval)

 

La collectivité se doit aussi, entre autres missions, de permettre aux habitants d’accéder à la culture  à tout moment de leur vie,  de se divertir, de se confronter à différents modes d’expression, d’organiser leurs loisirs.

 

Pour cela, elle dispose de lieux  rénovés ou  créés lors des mandats précédents :

        le Parnasse pour le spectacle vivant, le cinéma,

        la médiathèque pour l’accès à la lecture,

        le musée et sa maison du patrimoine au pied du prieuré pour l’histoire et les traditions,

        le forum pour les expositions et autres évènements festifs parfois organisés par les associations,

        la salle Maurice Martin (à la plage) pour les conférences et autres expositions..

 

D’autres lieux sont sollicités en période estivale :

        les arènes pour l’accueil de spectacles taurins et d’artistes de la chanson,

        la place du marché pour les spectacles de rue,

        sans oublier la vieille chapelle, devenue salle d’exposition et de spectacles lors de la fête de la musique notamment.

 

Depuis plusieurs années, une véritable politique culturelle a été mise en place à MIMIZAN à partir de la rénovation du cinéma-théâtre devenu le Parnasse, de la construction de la médiathèque. Elle s’est traduite par la création d’un service culturel et d’une programmation annuelle bâtie autour d’une douzaine de spectacles vivants : théâtre, danse, musique, variétés…Elle se prolonge par diverses actions menées en particulier en direction de nos enfants : ateliers et découverte de spectacles en création…En point d’orgue, le festival de danse, les Mouvementées, à l’entrée de la saison estivale, les Médiévales tous les deux ans.

Le cinéma, source importante de divertissement, offre aux Mimizannais une programmation au plus proche des sorties nationales…

 

Financièrement, la politique culturelle représente un effort important de plus de 500 000 euros .

 

La ville a également établi un programme étoffé d’animations en direction de la clientèle touristique  en relation avec l’Office du Tourisme : spectacles de rue, groupes musicaux occupent plusieurs soirs par semaine la place du Marché, venant en cela compléter les spectacles de courses landaises aux arènes.

 

L’effort financier se chiffre à plus de 100 000 euros.

 

Mais la collectivité n’est pas la seule actrice dans le secteur de la culture et de l’animation : de nombreuses associations participent au divertissement des habitants de notre cité notamment à l’occasion des fêtes locales.

 

Les aides alors fournies par la ville se traduisent par des mises à disposition de lieux, de matériel, mais aussi par des aides financières sous forme de subventions. Ainsi le Comité des Fêtes, à qui le conseil municipal a  délégué  l’organisation d’un certain nombre de manifestations parmi lesquelles les fêtes de la musique et du 1er mai, et bien sûr les fêtes locales, doit-il l’essentiel de ses subsides à la subvention allouée.

 

La municipalité actuelle a choisi de poursuivre globalement la politique engagée par ses prédécesseurs même si elle doit composer avec la conjoncture. On peut s’en féliciter même si certains élus rogneraient bien volontiers sur la programmation du Parnasse, en particulier, pour multiplier les animations plus populaires de l’été. Aucun des aspects de la culture n’est à négliger même le plus déroutant ou le moins accessible…Chacun doit pouvoir y trouver son plaisir…

 

Dans les années à venir, il nous faudra poursuivre cette politique  en s’interrogeant sur la nécessité de promouvoir la culture au-delà des limites de MIMIZAN, en considérant par exemple le territoire de la Communauté de Communes comme un espace à développer.

 

Questions/Réponses

 

Q : Qui décide de la programmation du Parnasse ?

 

R : Elle est aujourd’hui toujours élaborée par un groupe bénévole (MAC : mission d’action culturelle) avec le service culturel et sa directrice (dont le rôle, en particulier, est de voir les spectacles à proposer aux Mimizannais). La nouvelle équipe municipale n’a pas touché à la MAC mais on sent quelques hésitations…

 

Q : La préservation du patrimoine était importante aux yeux de l’équipe municipale pendant la campagne de 2008…


R : Tout un projet avait été préparé autour du clocher-porche et de la plus ancienne maison de Mimizan qui avoisine le prieuré. Ce sont de véritables atouts culturels et touristiques qui ne doivent pas tomber dans l’oubli.

 

Intervention de Mr Lamothe, maire de St PAUL, vice-président de la Communauté de Communes :

Concernant le tourisme, j’ai demandé de refaire un point complet sur notre patrimoine. Il y a beaucoup d’histoires à raconter depuis la préhistoire.
On devrait faire de la piste cyclable qui réunit nos communes  un lieu culturel, avec des œuvres d’art tout le long.

 

Q : Que devient la maison qui devait être la maison du pèlerin ?

 

R : C’était une ancienne auberge qui devait retrouver son utilisation d’origine. Elle faisait partie du projet clocher-porche qu’on souhaite reprendre.

Dernier commentaire

  • Boutevin
    22 janvier 2013 at 9 h 53 min

    Bonjour,

    En tant que professionnel dans le domaine de l’action culturelle depuis plus de 27 ans, je partage l’ensemble de vos réflexions et pour avoir été à quelques occasions au Parnasse et au festival
    « les Mouvementés », je ne puis que vous rejoindre dans les propositions et les actions que vous aviez initié sous l’ancienne municipalité.
    Je pense comme vous que le champ uniquement communal n’est plus approprié. Il faut intégrer dorénavant dans tous les projets cette dimension intercommunale. La preuve, je demeure à Commensacq et il
    m’arrive assez fréquemment de venir à Mimizan pour toutes sortes de raisons.
    Dans le domaine culturel c’est une évidence! La mise en réseau de différents lieux de diffusions et la possibilité de créer un réseau et des actions au delà de votre propre commune est assurément
    l’avenir. Enfin, on ne peu construire un avenir économique et social dans un désert culturel.

    Jean-louis Boutevin
    190 alléé du Guidenson
    40210 Commensacq

    Membre du C.A de la Forêt d’Art Contemporain
    Régisseur, chargé de production.