Mimizan avenir

URBANISME: ACTES MANQUES

URBANISME: ACTES MANQUES

URBANISME : ACTES MANQUES

 

 

Une des principales missions d’une équipe municipale est l’organisation de la ville afin de la rendre la plus harmonieuse pour les usages quotidiens (habitat, déplacements, services, commerces, industrie). Cette organisation doit évoluer en fonction de la démographie et de la perspective de développement du territoire .Elle prend en compte à la fois les grandes tendances (l’attractivité des territoires littoraux par exemple) et le projet politique que l’on définit pour sa commune et plus largement pour son bassin de vie.

Pour mener à bien cette organisation la municipalité se dote d’outils règlementaires et opérationnels. Le principal d’entre eux est le Plan Local d’Urbanisme (appelé précédemment plan d’occupation des sols).Historiquement Mimizan s’est doté d’un tel document depuis le milieu des années 70, car la municipalité a toujours eu comme, préoccupation la planification urbaine. Ce document évolua au cours des décennies en fonction des besoins économiques, de logements et de services qui se firent jour sur cette période. Mimizan a la particularité d’avoir deux centres à finalité différente où les problématiques urbaines ne se posent pas dans les mêmes termes. A la différence d’autres stations balnéaires de la côte, Mimizan est aussi une ville qui vit à l’année grâce à son activité industrielle.

Bien que nos élus majoritaires aient semble t-il effacé volontairement ce déterminant fondamental qu’est l’activité industrielle (preuve en est le nouveau site Internet), elle demeure une réalité qui influe notablement sur le projet de ville.

Depuis maintenant quatre ans que M Plantier a la responsabilité de notre commune, nous ne savons toujours pas quel est son projet pour Mimizan. Alors qu’il est un des rares maires dans les Landes  à avoir autant d’atouts entre ses mains, grâce au travail d’anticipation et de réserves foncières de ses prédécesseurs, il demeure au niveau zéro de la réflexion et de l’action. On peut même dire qu’il inscrit des buts contre l’avenir de Mimizan.

Dilapidation du patrimoine de Mimizan Plage à destination unique de la promotion immobilière et de résidents secondaires.

Hournails : quatre ans passés sans rien produire,  pour reprendre in fine le projet urbain que la précédente municipalité avait laissé prêt à l’emploi ( à la différence que les seuls produits annoncés aujourd’hui sont encore à destination d’occupants temporaires)

Cité du sport : projet avorté après l’échec cuisant de la modification du POS retoquée par le Commissaire enquêteur.

Ce ne sont que quelques exemples pour illustrer l’absence de vision de l’avenir de Mimizan. On se contente de répondre aux sollicitations des promoteurs et autres opérateurs privés sans souci de l’intérêt général.

Au détour d’une information au Conseil municipal, on apprend qu’en décembre 2011 la municipalité a recruté un cabinet extérieur pour élaborer un nouveau PLU, mais bien entendu sans avoir au préalable réfléchi au projet urbain

Interrogé sur cet anachronisme, Monsieur le Maire répondit tout naturellement « c’est pour cela que nous avons pris un cabinet ». Une fois de plus pour Monsieur le Maire le salut viendrait des autres.

Nous tenons à rappeler que lors des élections, la population  désigne  des représentants pour répondre à ces questions, les bureaux d’études apportant seulement leurs compétences pour mettre en musique les aspirations des élus dans un cadre réglementaire défini.

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.