Mimizan avenir

REUNION PUBLIQUE: LA VIE DE L’OPPOSITION

REUNION PUBLIQUE: LA VIE DE L’OPPOSITION

         Au cours de cette réunion  les élus de l’opposition ont apporté des informations sur :

la vie de l’opposition et sa difficulté à se faire entendre (heureusement, elle peut écrire, encore),

 

-la gestion du personnel communal et les transformations organisationnelles qu’il subit,

 

-le développement urbain et économique appelé à dessiner le MIMIZAN de demain, d’après-demain…

 

Alain Ringeval :

         Etre dans l’opposition n’est pas une position agréable : nous sommes peu considérés  par la majorité,  la population ne nous identifie guère et s’interroge sur notre utilité,  nos soutiens jugent nos actions trop agressives ou trop conciliantes.        

         Cependant,  nous sommes élus et les citoyens  nous interrogent comme si nous participions à l’élaboration des projets et à leur mise en œuvre. Ils sont surpris que nous ne puissions pas mieux les informer . On mesure alors le décalage qui existe entre les différents niveaux d’information de nos concitoyens sur le fonctionnement de la démocratie locale.

         Quelques constats que mes collègues vont illustrer par la suite :        

         -la majorité menée par Christian Plantier n’associe pas les élus de l’opposition  à la conduite des affaires communales,

         -les commissions de travail préparatoires au Conseil Municipal sont presque systématiquement oubliées,  certaines d’entre elles n’ayant pas été encore réunies ,

         -le Conseil Municipal est peu convoqué et ses séances n’offrent que  de trop rares débats, les élus majoritaires ne répondant  jamais à nos interrogations ou  à nos propositions alternatives.

         -la communication tapageuse dans les bulletins municipaux s’effectue à grands renforts de photos afin de combler le vide sidéral des réalisations et des projets pour notre commune et d’ éditoriaux dénigrant avec mauvaise foi les équipes précédentes pour mieux magnifier l’action actuelle.

         -le gouverner autrement, de slogan est devenu une réalité. Autrement se traduit par le désordre, l’absence de programme, une gestion des équipes municipales non respectueuse de la dignité des personnes…

 

         Durant la campagne des municipales en 2008, la liste indépendante  «MIMIZAN Autrement», liste d’intérêt communal, menée par Monsieur Plantier, affichait sa volonté de gérer notre ville en privilégiant le dialogue et l’écoute. Après une première année et demie d’atermoiements et de tatonnements  de la part des élus de la majorité, 2010 se caractérise donc par un durcissement des relations avec l’opposition au point d’en museler l’expression, de la réduire à la portion congrue et de procéder à sa mise au ban de la mairie…           

                                                                 

     Pierre, toi que le maire a menacé d’expulsion lors d’un des derniers conseils municipaux qu’il a présidé, peux-tu nous relater quelques faits qui stigmatisent cette gouvernance de moins en moins démocratique appliquée désormais par Monsieur Plantier et son équipe  ?

 

Pierre Carrère :

         Permettez moi , tout d’abord , une réflexion d’ordre général .

         La démocratie municipale c’ est à la fois le respect de règles qui régissent les rapports entre la majorité et l’ opposition et aussi le respect d’un état d’esprit constructif au service des citoyens.

         A MIMIZAN, le Maire et son équipe ne s’ embarrassent ni des règles ni de l’esprit . A croire que leur premier souci est d’ éviter la confrontation des projets, des idées, des expériences.

         Travailler le moins possible avec l’ opposition, lui donner très peu d’ informations et toujours au dernier moment semble leur priorité .

Et maintenant voici quelques exemples de ce déni de démocratie.

 

LES COMMISSIONS MUNICIPALES tout d’abord:

         L’ensemble des commissions dans un fonctionnement démocratique prépare le budget , et bien à MIMIZAN,  NON  .Qui prépare le budget ? Mystère !

         Les commissions devraient préparer aussi les Conseils Municipaux [ en vertu du règlement intérieur qu’ils se sont eux mêmes donnés .] A MIMIZAN, c’est rare, très rare . Pour cette raison mais aussi parce que les élus de la majorité préparent mal les dossiers, ils ont déjà dû retirer plusieurs points  à l’ordre du jour au cours de différents conseils municipaux .

         La commission locale de sécurité : l’opposition n’a jamais convoquée . Fonctionne-t-elle ? MYSTERE !

         La commission Travaux : de temps en temps, elle a juste droit à un rapport fort bien fait , il faut le dire, par les fonctionnaires territoriaux , sur l’état d’avancement dont elle n’a jamais eu à débattre .

         Commission SPORT, FESTIVITES , ASSOCIATIONS : dans ce vaste domaine, seules les subventions aux associations sont débattues correctement .

         Commission EDUCATION, ENFANCE, JEUNESSE, CULTURE: EDUCATION – quasiment rien , JEUNESSE très peu , CULTURE si peu , ENFANCE quelques réflexions sporadiques pour parler , parler, mais du concret jamais .

         Commission URBANISME : pas de réunion depuis  SEPTEMBRE 2009 .

         Commission COMMUNICATION: convoquée , repoussée , annulée et cela dure ainsi depuis plusieurs mois . Le même sort qu’à la COMMUNAUTE  de COMMUNES lui est-il réservé ? Commission dissoute et compétence exclusive du  Maire- Président . MYSTERE !

         Pour toutes les autres commissions, même régime , même mépris.

 

LE CONSEIL MUNICIPAL maintenant .

         Je vous rappelle que vous pouvez y assister , c’est public et cela me semble très instructif quand à leur travail d’élus , leur conception de la démocratie et l’écoute des autres . Vous verrez là le véritable visage du Maire et son refus de tout débat .

         Encore quelques exemples de leur gouvernance super démocratique .

 Délibérations présentées en Conseil Municipal sans étude préalable en commission .

– Délibérations : cas général , présentation très succincte et si l’opposition argumente pour expliquer sa position le Maire passe au vote [ pour ne pas laisser approfondir le débat qu’ils  sont souvent incapables de soutenir . ]

– Usage de subterfuges : la question est inscrite comme INFORMATION ce qui leur permet d’expliquer leur point de vue sans débat , sans que l’opposition puisse s’exprimer . Pas illégal bien sûr mais peu courageux .

         Vous voyez le Conseil Municipal c’est le lieu où peut et doit s’ exprimer au mieux la démocratie locale .C’est le Maire qui en est le garant . Pour MIMIZAN je vous laisse juge .

 

VIVRE à MIMIZAN .

         Deux mots sur le bulletin VIVRE à MIMIZAN .

         Mandat précédent : Majorité :3 pages et ½ – Opposition :  ½ page

         Aujourd’hui : Majorité : 20 pages – Opposition : toujours une ½ page au lieu des plus de 2 pages qui correspondraient aux 20 pages de la Majorité . Vive la démocratie et l’expression minoritaire .

 

L’OPPOSITION DEMENAGEE .

         Pour finir ce tour d’horizon de la bonne santé démocratique locale: une info. L’opposition est expulsée physiquement de la mairie . C’est leur dernière mesquinerie . La permanence que nous tenions tous les vendredi de 9 H à 11 h à la Mairie se tient dorénavant dans une salle du restaurant scolaire du Bourg .[ dont l’entrée est située dans l’ impasse entre la médiathèque et le restaurant scolaire . ] Que cela ne vous empêche pas mais vous encourage au contraire à venir nous y rencontrer .

 

         Vous en conviendrez , je l’espère , il nous est bien difficile de travailler et de faire entendre notre voix face à une gouvernance aussi anti-démocratique.

         Soyez cependant certains que, malgré leurs évitements , leur mauvaise volonté , leurs obstructions,  nous sommes présents partout où l’on nous convoque . Forts de nos convictions et de notre expérience , nous allons continuer à travailler  pour MIMIZAN et ses citoyens .

 

Alain Ringeval :

         A l’issue de la réunion publique d’octobre 2009, nous vous annoncions la création du blog «Mimizan-Avenir» destiné à  informer les Mimizannais de la gestion municipale  

         Le blog est maintenant ouvert depuis près d’un an.

         Dominique, ce blog a-t-il atteint son objectif et quels nouveaux moyens d’information vont être développés afin de soutenir l’expression de l’opposition dans les mois à venir ?

 

Dominique Larrazet :

         Le blog fonctionne en effet depuis un an. Nous avons écrit de nombreux articles : nous commentons les réunions du conseil municipal, nous expliquons nos votes, nos choix ; nous réagissons sur la gestion municipale et les décisions de la majorité.

         Par contre, nous voulions aussi donner la parole aux mimizannais. Or, pour l’instant, nos lecteurs sont peu prolixes. Alors il ne faut pas hésiter. Il faut écrire et faire vivre ce blog. Nous avons besoin de connaître vos sentiments, vos réflexions devant la gestion municipale, et l’évolution de notre ville. Nous avons besoin que vous exprimiez aussi vos attentes par rapport à notre action. Nous arrivons à la 2ème moitié du mandat, et votre opinion nous sera utile pour construire notre projet pour la mandature suivante.

         Nous écrivons aussi dans le magazine municipal «Vivre à Mimizan». On nous y fait, Pierre l’a dit, d’assez mauvaise grâce, une petite place. Pour nous trouver, il faut chercher la seule rubrique qui n’a pas de couleurs. Au début, on nous a promenés de page en page. Aujourd’hui, il semble que nous soyons stabilisés à la page «Santé». Peut-être avons-nous un effet thérapeutique ?…

         Donc nous avons décidé d’écrire notre propre journal, dont nous espérons qu’il contiendra moins d’informations erronées que le bulletin municipal. Vous en trouverez le 1er numéro dans votre boîte aux lettres courant 2011. Ensuite, la parution se fera au rythme de l’actualité mimizannaise, et aussi souvent que possible.

         Et bien sûr nous allons continuer à venir régulièrement à votre rencontre, pour vous parler, et pour vous écouter. Contrairement à Monsieur Plantier et son équipe. Le mot «écoute» est répété sans arrêt dans toutes leurs publications. Pourtant, leur dernière réunion publique date de juin 2009. A l’époque, Monsieur Plantier s’était déclaré déçu de n’y entendre que des critiques. Peut-être pour cette raison, aujourd’hui, il se contente d’écouter les Mimizannais qui crient trop fort.

         Donc, avec nos réunions régulières, nous continuons aussi  le blog, les tribunes dans «Vivre à Mimizan», nos permanences du vendredi et nous créerons un journal dans les mois à venir.

Dernier commentaire

  • Un mimizanais
    4 janvier 2011 at 12 h 18 min

    Messieurs,
    Rappelez-vous que sous l’ancienne mandature (quand vous etiez dans la majorité), Monsieur le Maire régnait sans partage !!! Personne n’avait le droit à la parole !!! Ni au conseil municipal, ni au
    conseil communautaire !!

  • JLB
    4 janvier 2011 at 14 h 32 min

    Oui, continuez à communiquer !
    Et pourquoi pas une page « Facebook » de l’opposition municipale ? Cela permettrait de toucher d’autres internautes et même au dela de Mimizan…

  • Mimizan-Avenir
    4 janvier 2011 at 18 h 48 min

    Réponse : Vous avez une vision  que je qualifierai d’erronée, du fonctionnement du Conseil Municipal et du Conseil Communautaire d’avant 2008. Mais il est vrai que vos propos correspondent à
    une campagne de dénigrement largement diffusée et entretenue durant de nombreuses années.

    Je prendrais quelques exemples pour essayer de vous le
    démontrer .

    Dans le cadre de la gestion communale Monsieur le Maire avec
    sa majorité avait mis en place des commissions extramunicipale ouvertes sur différentes thématiques ( éducation, environnement, culture…) pour aborder les sujets qui touchent à ces secteurs. De
    façon fréquente à chaque fois qu’un aménagement important était en projet des réunions avec les riverains étaient menées, des concertations avec des réunions publiques sur les grands projets
    d’infrastructures comme le port ou sur les Hournails par exemple étaient organisées pour tout à la fois exposer et recueillir le sentiment de nos concitoyens. Pour les Hournails par exemple,
     un groupe de travail qui s’est réuni à de nombreuses reprises durant plus de 6 mois avait dans son sein Mimizan Plus Authentique, des socio
    professionnels, des représentants associatifs en plus des élus. Nous pourrions illustrer à l’infini avec force d’exemples.

    Pour la Communauté de communes nous rappellerons tout d’abord
    que lors de sa constitution les communes ayant une sensibilité de droite étaient plus nombreuses que celles ayant une sensibilité de gauche et que l’entente fut cordiale car elle était animée par
    la volonté de servir l’intérêt général des habitants intercommunaux et non uniquement celui de certains habitants. Par ailleurs l’accord avait été trouvé grâce à une représentation équilibrée où
    tous les maires qui le souhaitaient participaient aux travaux de l’exécutif. Durant le mandat 1995-2001 les élus de l’opposition mimizannaise siégeaient. Mais leur assiduité ayant été pour le
    moins élastique, l’expérience ne fût pas renouvelée sur le mandat 2001-2008 ( ce fût certainement une erreur de jugement). Si vous regardez sur la période 1991-2008, vous constaterez que la
    quasi-totalité des décisions furent approuvées à l’unanimité.

    On peut donc être surpris aujourd’hui de certaines prises de
    positions actuelles d’élus qui siégeaient déjà à la Communauté de communes qui vont à l’encontre de leur  propre décisions d’alors.