Mimizan avenir

REUNION PUBLIQUE: URBANISME et ECONOMIE

REUNION PUBLIQUE: URBANISME et ECONOMIE

Réunion publique du 25 novembre 2010

Partie 3 : le développement urbain et économique

 

Alain Ringeval :

         Si le dialogue était une des priorités de l’équipe  «Mimizan Autrement» , elle affichait également dans ses diverses publications de campagne de nombreux projets urbanistiques et économiques qui devaient redynamiser une ville qu’ils estimaient en peine léthargie… Je cite pêle-mêle : création d’entreprises, implantation de structures hôtelières, réhabilitation des arènes, un grand espace loisirs, un bowling, développement de la halte nautique, projet de crèche à la plage, maison des associations…

         Que sont devenues ces belles ambitions ? Oubliées ? Dans l’incapacité de les élaborer ? Il y a loin, semble-t-il, des promesses aux actes…

         Ainsi en est-il du projet d’aménagement de Mimizan-Plage Nord dont nous avons eu un avant goût (plutôt amer) cet été et cet automne.

         Marie-France, donne-nous ton avis d’habitante  de la Plage et des précisions sur le futur plan d’aménagement savamment concocté  par Monsieur Plantier et ses équipiers avant qu’un futur ingénieur urbaniste  n’intervienne .


Marie-France Delest :

         Sur ce qui a été fait tout d’ abord.

         L’ aménagement de la plage nord a été décidé par quelques personnes en catimini  (certains conseillers  municipaux de la majorité ont découvert les aménagements en même temps que les mimizannais).

 

         La 4 voie D 626.

         Transformée en deux voies  sans que le propriétaire de cette voie en soit averti et donc en toute illégalité; au mépris des règles de sécurité les plus élémentaires.

         Cet aménagement a  considérablement dégradé  l’ image de l’entrée de MIMIZAN plage transformée en immense parking vide la plupart du temps; des gens le plus souvent perdus prenant toujours  la voie de parking pour une voie de circulation; des cyclistes en danger   sur cette voie où il était  impossible  en voiture de doubler un cycliste.

         Le summun de la cacophonie étant atteint le jeudi matin jour du marché où piétons, voitures et commerçants ambulants  se sont croisés jusqu’ à ce que cette voie d’ entrée de MIMIZAN  soit fermée le jeudi matin.

 

         L’ aménagement de la place du marché.

         Sur la méthode, là  encore beaucoup à dire :  des travaux réalisés en avril et Mai et un impact négatif sur le tourisme d’ avant saison.

         Un aménagement qui a abouti à supprimer  de nombreuses places de parking autour des halles et  dans le cœur de ville et qui a aggravé  cette sensation de vide et  d ‘immobilisme : un espace très minéral 10 mois sur douze. L’été ,un espace qui a du mal à vivre et l’ hiver, un parking   sans entrée ni sortie clairement  identifiées.

 

         Le nouveau sens de circulation de MIMIZAN plage  est aberrant  et  instauré beaucoup trop tôt  dans la saison .

         Vous avez tous pu  le tester :  remonter par la rue des Ailes puis tourner à gauche vers le parking de la Garluche  pour  redescendre par la rue de la Douane et la  rue du Vieux Marché   pour vous retrouver rue des Ailes (toujours pas refaite …  alors qu’ en 2009 nous avions eu une réunion d’ urbanisme dont le seul but était de choisir le mobilier urbain….).

         Les zones totalement piétonnes paraissent  par ailleurs surdimensionnées par rapport à la superficie de MIMIZAN Plage .

 

         Au total,  une impression d’ aménagement réalisé à la va vite sans fil conducteur  dont ils sont très fiers… et dont beaucoup de MIMIZANNAIS  nous ont parlé durant ces derniers mois, la plupart nous confiant qu’ ils renonçaient à se déplacer à la plage vu les difficultés de circulation 

 

         Ce qui nous attend ?

         La création de places de parking que nous réclamons depuis 3 ans  entre  le centre commercial SEGOSA  et le parking des écoles avec une voie déplacée  vers les habitations Hôtel de la Forêt  etc… , un réaménagement des carrefours de l’ OIT et de l’ école de la plage  et sur le parking SEGOSA  un  déplacement de l’ espace vert …

         Aucune réunion de la commission d’ urbanisme  , aucune concertation  des riverains  pour l’ instant ; projet évoqué en conseil des SENIORS    mais un projet déjà probablement   avancé,  émanant de l étude concoctée par le cabinet d architectes  agenais missionné en début de mandat. Nous espérons que le volet paysager sera à la hauteur pour ne pas aggraver cette sensation de PARKING géant    vide  l’ hiver…

         Pour le reste ?

         Nous attendons  toujours  l’ aménagement de la rue des Ailes, de la rue de la Poste , un aménagement digne de ce nom   du parking de la Garluche…..

 

         Notre position est claire :  nous ne sommes pas dans l’ opposition systématique sur ce  dossier , nous sommes conscients que MIMIZAN plage  Nord doit être réaménagée. Nous demandons simplement une vision globale de cet aménagement , adapté   aux besoins de tous , un  calendrier   raisonnable pour les finances de la ville  et surtout un aménagement concerté avec l ‘ensemble de la population  .

 

Alain Ringeval :

         Que dire des Hournails ?

         Le projet que nous avions élaboré , qui devait nous permettre de   donner un souffle nouveau à notre station et   être la vitrine d’un aménagement longuement concerté a purement et simplement été abandonné, sans sourciller, mais aussi sans projet de remplacement .

         Oui, que dire, Marie-France et quelles conséquences cet abandon va-t-il entrainer ?

 

Marie-France Delest :

         Un magnifique terrain boisé pour les prochaines années !!!

         Le dossier des Hournails est au point mort

         Certes,  Mr PLANTIER et son équipe pourront nous répondre qu’ ils n’ y sont pour rien puisque le Groupe CARRERE que nous avions choisi pour mener à bien ce projet innovant s’est  découragé …

         Il faut quand même vous dire que dans la première année de leur mandat, ils ont refusé toutes les propositions d’ aménagement  de ce groupe . Nous les avons entendus dire pendant un an qu’ ils étaient pieds et poings liés sur ce dossier  mais depuis qu’ ils ont retrouvé leur liberté rien ne se passe tout simplement car ils n’ ont aucun projet  d’ ensemble et d’ envergure sur ce terrain

         Notre plus grande inquiétude  est qu’ ils le morcellent en macro lots  et le vendent  à des promoteurs…

 

         Quelles conséquences pour MIMIZAN  ?

         Des conséquences financières bien sûr  puisque nous payons toujours les intérêts  d’ emprunt de ce terrain  et donc la nécessité en théorie d’ aller vite sur ce projet

         Des conséquences économiques  et sociales également .

         Il s’ agit du dernier grand terrain sur MIMIZAN Plage offrant de magnifiques possibilités pour le logement sous toutes ses formes  manquant  cruellement à MIMIZAN Plage . Ce projet devait redynamiser  l’ ensemble de la station hors saison et en saison avec des  zones d activités et des aménagements  profitant à tous et tout ceci bien sûr en respectant l’ image de MIMIZAN et son environnement

         Nous prenons donc tout simplement  du retard pour le développement de MIMIZAN

 

         Après avoir attendu le directeur de Cabinet  comme un messie ,  ils attendent  maintenant  l’ ingénieur urbaniste  en espérant qu’ il prendra à bras le corps ce dossier et qu’ il aura les idées  qui leur font défaut.

 

         Nous avons pour l’ instant une sensation d’ immense gâchis : pourquoi ne pas avoir adapté  le projet  des Hournails  reconnu par tous  comme un projet innovant, respectueux de l’ environnement ?  Probablement parce que le choix de l’ équipe d’ architectes n’ était pas le choix des membres de MIMIZAN Authentique…(pourtant associés au développement du projet).

 

Alain Ringeval :

            Face au rejet de ce projet important de création de près de 4OO logements que permettait (et que permet toujours) le site des Hournails, que nous propose-t-on ?  

         Depuis quelque temps s’affiche et se diffuse abondamment le projet majeur, emblématique, fondateur de cette équipe (dont le souci essentiel est de communiquer…en couleur , jusqu’à Biscarrosse) : habiter autrement ou le cohabitat ! Beau et noble mini-projet , en vérité … Mais les candidats à ce mode de vie ne vont se compter bientôt que sur les doigts d’une seule main…

         Gilbert, dis-nous quelques mots sur ce projet intéressant au demeurant  mais sans envergure, sa localisation éventuelle, sa pérennité.

 

Gilbert Badet :

         Depuis le mois d’avril 2010, la C.C. de MIMIZAN a lancé le projet de co-habitat.

         C’est un programme très intéressant puisqu’il permet à des familles d’acquérir un logement à un prix 30% moins cher que le prix du marché.       

         Il faut néanmoins que les futurs accédants établissent une charte dans laquelle seront inscrits les services et les pièces mis en commun. 

         Habitat respectueux de l’environnement puisque construit en pin des Landes, avec une isolation performante et des chauffages adaptés (panneaux solaires.  bois…).

         Mais n’a-t-on pas mis la charrue avant les bœufs? Ce mode d’habitat est-il adapté aux collectivités rurales ? Pourquoi avoir lancé ce programme sans savoir si un nombre de personnes suffisant allait être intéressé ?

         En effet, sur les premières réunions, il était question de 15 à 20 logements puis 10 et maintenant nous sommes rendus à 6 / 7.

         Quand on voit le peu de personnes qui a participé aux réunions d’information et de constitution du groupe d’accédants, le peu d’engouement des élus (peu ou pas de participation sauf le Président M. PLANTIER).

         Même si ce projet peut rentrer dans le programme des Hournails que nous avions élaboré, pour définir une implantation il faudrait que cela démarre assez rapidement.

         Le résultat final sera-t-il à la hauteur des sommes engagées pour le financement de la communication (26 000 € supplémentaires viennent d’être votés à la C.C.) et de toutes les personnes qui gravitent autour de ce projet ?

 

Alain Ringeval :

     Et le quartier des Pêcheurs,  et le parking sud , dont le projet et la réalisation   ont  été  farouchement combattus par l’Association Mimizan Plus Authentique (dont le président n’était autre que …Monsieur Plantier) quel est leur  avenir, Xavier ?

 

Xavier Fortinon :

         Si ces sujets n’étaient pas d’importance pour l’aménagement de notre station, l’attitude du Maire et de ses colistiers prêterait à rire tellement leur revirement est cocasse à la limite de l’imposture. D’ailleurs M Babled leur mentor d’avant les élections ne s’est pas trompé et les a vertement rappelés à leurs engagements d’avant élections dans un entretien dans le journal Sud-Ouest.

         Monsieur le Maire, après avoir bataillé et traîné la précédente municipalité devant le tribunal administratif quand il était président de Mimizan Plus Authentique pour le projet de résidence de tourisme au quartier des pêcheurs, a décidé d’accepter le permis de construire qu’il a combattu en son temps. On pourrait se satisfaire de ce retour à la raison après quatre ans d’errements, mais la note pour la commune, tant d’un point de vue financier que d’un point de vue du développement de la station et de sa modernisation, est rudement salée. Elle se chiffre en plusieurs centaines de milliers d’euros et en plusieurs années qui sont tous les deux irrécupérables. Tout cela pour revenir à ce qui était prévu initialement, on voit bien là que toutes ces procédures en justice n’étaient animées que par des visées électoralistes.

         C’est le même Monsieur Plantier à l’origine de ces retards qui vient disserter dans ses éditoriaux du bulletin municipal de la « torpeur de Mimizan ».

         Pour le parking Sud c’est encore plus ubuesque, car pour cette affaire Monsieur Plantier ne se souviendrait même plus qu’il avait déposé un recours contre cet aménagement et il est maintenant très embarrassé pour appliquer la décision de démolition prononcée par la justice car ses alliés d’hier ne veulent pas de conciliation à l’amiable. Irresponsabilité qu’en tu les tiens !!! Affaire à suivre.

 

Alain Ringeval :

     En vérité, Xavier, existe-t-il le moindre  document d’urbanisme susceptible de révéler le futur visage de Mimizan selon la conception que peuvent en avoir nos chers élus ? Monsieur Plantier a-t-il un réel projet urbain pour notre ville ?

 

Xavier Fortinon :

         Malgré leurs déclarations péremptoires de campagne, voilà maintenant trois ans que le développement urbain de Mimizan est régi par le même document qu’avant qu’ils ne prennent en main les destinées de Mimizan. Pourtant c’était le chantier prioritaire, leur projet ne pouvait s’exprimer que dans un PLU ( plan local d’urbanisme) révisé.

         Aujourd’hui, même les crédits budgétaires inscrits en 2010 pour cet objet n’ont pas été consommés et ils sont reportés à 2011 car c’est le nouvel ingénieur d’urbanisme qui devrait arriver en 2011 qui s’occupera de ce chantier. Notre cher collègue à l’urbanisme serait-il en disgrâce ?   Toujours est-il, depuis près de trois ans, aucune nouvelle du projet urbain, de temps en temps au grè de questions lors des Conseils municipaux nous essayons de sonder la pensée de Monsieur le maire, mais pour l’instant nous avouons humblement notre échec, aucune réponse n’a jamais fusé, nous ne pouvons donc pas vous en faire part.

 

Alain Ringeval :

            Enfin, ambition suprême affirmée avec conviction : l’implantation d’entreprises. On allait voir ce que l’on allait voir : les emplois devaient fleurir comme pâquerettes au printemps. Et pourquoi pas , finalement ?

         Des paroles, que des paroles , Xavier ?

 

Xavier Fortinon :

         C’est un sujet qui a été largement évoqué lors de la campagne électorale : les emplois allaient être créés à la pelle, le taux de chômage féminin allait fondre comme neige au soleil avec l’implantation d’établissements de thalassothérapie, l’aérodrome allait accueillir des entreprises , que de monts et merveilles. On allait donc assister à une vrai rupture avec la gestion précédente qui était accusée d’empêcher l’implantation de nouvelles activités.

         Là aussi, le résultat n’est pas à la hauteur de ces affirmations prétentieuses. Car si il y a un domaine où l’humilité est indispensable c’est bien dans le développement économique et je suis surpris qu’un chef d’entreprise comme Monsieur Plantier n’ait pas été plus avisé quand il s’est lancé dans ces déclarations tous azimuts.

         C’est pour cela que, conscients de la difficulté de la mission , nous ne l’accablerons pas sur ce thème. Néanmoins, les déclarations de début d’année sur le développement de la zone commerciale du Born où les entreprises piaffaient d’impatience de s’implanter, semblent avoir été rangées dans le rayon des mauvaises initiatives qui n’auront pas vu le jour.

         Et malheureusement, pendant ce temps, les chiffres des demandeurs d’emplois progressent comme partout dans notre pays et le taux de chômage des femmes est encore plus élevé qu’en mars 2008, mais de ça nous n’en faisons pas le reproche au Maire car une commune à elle seule ne peut résoudre les difficultés économiques et sociales. Espérons qu’en la matière l’expérience les conduira à plus de modération dans leurs discours.

 

 

 

Près de deux cents personnes ont assisté à cette réunion.

Les élus de l’opposition renouvelleront ces rencontres en 2011.

Dernier commentaire

  • de st blanquat
    4 février 2011 at 11 h 09 min

    Je serai ravi si l opposition municipale etait le changement ; mais aprés plusieurs mandats a mimizan nous n avons pas observer une dynamqiue surtout a la plage !!