Mimizan avenir

MIMIZAN-AVENIR: PROJET DE VILLE 5

MIMIZAN-AVENIR: PROJET DE VILLE 5

 

Activités économiques (Xavier FORTINON)

 

Elles dépendront elles aussi de la population. Le PLU prévoit des zones d’activités (commerce, artisanat). La zone artisanale actuelle doit être requalifiée avant d’être étendue.

Il faut faire attention à l’équilibre entre les zones commerciales. Aujourd’hui, 50% du chiffre d’affaires sont faits au centre Leclerc. En développant cette zone, en déplaçant Weldom et Sports 2000, on va déplacer et modifier profondément les flux urbains et on risque de détruite l’espace commercial des Ormes (qui représente 25% actuellement). D’où nos demandes pour atténuer au mieux ce déséquilibre.Il faut aussi ouvrir des possibilités commerciales pour fixer une population (Plage).

Aujourd’hui, l’enjeu fort est l’économie industrielle : on souhaite vivement sa préservation. Quant au tourisme, il représente 46% de l’ activité économique.

Du choix des activités économiques découlent les zones urbanisables. Avec une progression de 1,2% de la population, on n’aura pas besoin d’ouvrir davantage de surfaces commerciales, surtout que le PADD (projet d’aménagement et de développement durable) nous amènera à environ 10 à 12 logements à l’hectare : aujourd’hui, nous sommes à 4 ! L’économie d’espace devra être à l’esprit de tous, ainsi que la rationalisation des transports. D’où la nécessité de recentrer les services et commerces.

 

Questions/réponses

 

Q : Attention à l’opposition résidences secondaires/résidences principales : il serait préférable d’augmenter les secondes que de diminuer les premières.
R : Tout à fait d’accord : en valeur absolue, il faut augmenter la part des résidences principales mais ne pas réduire celle des résidences secondaires.

 

Remarque : En 10 ans, sur l’ensemble du pays, l’urbanisation a gagné la valeur d’un département ! D’où la nécessité de densifier !

 

Q : Au Leclerc, les infrastructures routières afférentes ont-elles été envisagées ?

R : Nous l’avons demandé : l’opérateur considère que ce n’est pas utile.

 

Q : Cela risque d’ être très difficile durant l’été ?

R : Nous sommes aussi très sceptiques. Nos élus, eux, n’y ont même pas pensé !

 

Q : Où en est la rocade ?

R : Nous avons demandé à garder l’emplacement dans le PLU. Mr Plantier semble d’accord. Mais les contraintes financières pour les collectivités concernées font que le projet n’est pas d’actualité.

 

Q : Est-ce-que le projet Leclerc+Weldom va réellement voir le jour ? Est-ce-que la mairie ne devra pas acheter le bâtiment de Weldom ?

R : Concernant le projet, l’autorisation de la CDEC (Commission Départementale d’ Equipement Commercial) est à durée limitée. Concernant le bâtiment de Weldom, le prix demandé est élevé. Dans le cadre de la modification du document d’urbanisme, nous avons exigé des opérateurs commerciaux qu’ils s’engagent à trouver des activités de substitution à leurs commerces actuels. Tant que cette condition n’est pas remplie, ils ne peuvent pas déménager. Nous doutons néanmoins que la municipalité actuelle fasse respecter cet engagement. Par contre, ce serait criminel pour le commerce de centre bourg si elle contribuait à la délocalisation de Weldom en achetant le bâtiment.

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.