Mimizan avenir

UNE RENTREE INCERTAINE VOIRE INQUITANTE

UNE RENTREE INCERTAINE VOIRE INQUITANTE

Une rentrée incertaine voire inquiétante.

 

La saison bat son plein, après un mois de juillet pour le moins pluvieux et déprimant pour nos visiteurs et les acteurs de l’activité touristique, août est à la hauteur des attentes. Avec le soleil, les sourires sont de retour, mais pour combien de temps ?

Monsieur le Maire, éditorial après éditorial, affiche sa satisfaction en programmant changements,  mouvements,  réussites pour notre commune. Mais la réalité est tout autre.

Si Monsieur le Maire s’est muéen spécialiste d’annonces à grands renforts de tambours et trompettes, il est souvent démenti, soit par les faits, soit par un communiqué laconique, soit par un camouflet.

 

Quelques illustrations 

 

Une rentrée 2010 idyllique selon le bulletin VIVRE de l’automne 2010.

La rentrée scolaire 2010 s’annonçait sous l’ère du numérique pour les élèves de nos écoles. Ils attendent encore le renouvellement des ordinateurs et l’équipement en tableaux numériques interactifs pourtant annoncés dans le bulletin de rentrée 2010. A l’interrogation des enseignants sur cette fausse annonce le Maire n’a pas même daigné répondre.

En janvier, les parents et enseignants de Bel-Air ont découvert avec stupeur que la fermeture de leur école avait été décidée sans que personne n’ait pensé une seconde à leur demander leur avis, ni même à les informer. Sidérée par un tel mépris, la communauté éducative s’est mobilisée, et on a fini par se rendre compte en haut lieu qu’on ne bouleversait pas le système scolaire d’une commune comme ça. Le projet de maison médicale prévu sur le site avançant de son côté beaucoup plus lentement qu’annoncée, l’école a obtenu un répit d’un an. Nous attendons la suite.

Au printemps, c’est un énorme rond-point que l’école de la Plage a vu sortir de terre devant son portail. Là encore, aucune concertation ni information. Pourtant, le problème de l’accès était évoqué à chaque conseil d’école devant l’adjointe au maire. Un chantier de cette envergure aurait pu être l’occasion de mettre à plat ce dossier et régler les problèmes de sécurité pour nos enfants.

 

Finances et ressources humaines en berne

 

Les voyants des finances sont au vert selon monsieur le Maire (VIVRE du printemps 2011). Elles n’ont cessé de se dégrader depuis 2008. Les marges de manœuvre sont quasiment épuisées : autofinancement en berne, dilapidation du patrimoine constitué pendant plus de vingt ans, croissance des dépenses de fonctionnement plus forte que celle des recettes…. Cette politique à courte vue hypothèque notre avenir et nous condamne à des sacrifices douloureux.

Selon Monsieur le Maire la commune manquait de compétences. A grands renforts de moyens financiers on a recruté de nouvelles têtes pensantes. La commune n’a jamais été autant sermonnée par le Préfet, chargé du contrôle de légalité des actes municipaux, que depuis leur arrivée. A force « de muscler la tête » ne l’a fait-on pas éclater ?

 

Nous poursuivrons cette édifiante démonstration sur notre blog «  mimizan-avenir » et nous vous annonçons la sortie prochaine d’un journal qui vous éclairera différemment que VIVRE sur la vie de notre commune.

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.