Mimizan avenir

PATRIMOINE MEDIEVAL SACRIFIE

PATRIMOINE MEDIEVAL SACRIFIE

Jeudi 28  novembre les élus majoritaires lors du  Conseil Municipal se sont prononcés sur la transformation en logements de la maison la plus ancienne de Mimizan voisine immédiate de l’abbaye classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Alors que l’actuelle majorité avait fait du patrimoine son cheval de bataille à l’époque visiblement révolue de Mimizan Plus Authentique, elle néglige la mise en valeur du cœur historique de Mimizan.

Comment ces élus qui ne cessent de proclamer que le tourisme est le salut de Mimizan, oublient un pan entier de ce développement touristique basé sur la valorisation de notre patrimoine classé et reconnu au niveau mondial. Des collectivités se débattent pendant des décennies pour obtenir ce label porteur de valeur ajoutée pour leur territoire. Ici la municipalité actuelle balaye d’un revers de main un projet structurant pour notre territoire qui avait fait l’objet d’un accord de la DRAC (direction des affaires culturelles), du Conseil régional d’aquitaine, du conseil général des landes. Ce projet qui aurait permis de mettre en valeur à la fois les bâtiments anciens  et l’histoire médiévale tout en réaménageant les abords du Mimizan d’hier. C’était un véritable projet d’interprétation culturelle en utilisant le réseau des bornes de sauveté, des sentiers de découvertes historiques et environnementaux, les collections , le travail des acteurs et associations locales , et le riche patrimoine bâti constitué du Clocher Porche, de la maison Plantier ( ancien presbytère de cette place forte du 13ème siècle) et des bâtiments préservés depuis de nombreuses années.

Mais cette maison ne souffre-t-elle pas d’un handicap majeur aux yeux de cette majorité ? Elle est située au bourg. Secteur délaissé s’il en est depuis 6 ans. A se demander s’il peut encore contribuer au développement de notre territoire. Ce ne sont pas les quelques travaux routiers de gravillon électoral de fin d’année qui masqueront l’oubli profond dans lequel cette municipalité a tenu la majeure partie de la population mimizannaise depuis 6 ans.

Ce ne sont pas les explications pour le moins alambiquées et contradictoires (comme à son habitude) de M Ignacel qui modifieront notre perception. Ce n’est pas non plus la destination en logements qui peut justifier une telle décision. Depuis 6 ans dorment dans les cartons plusieurs projets de réhabilitation de logements communaux qu’ils n’ont jamais eu la volonté de mettre en œuvre. 

Pendant cela Monsieur le Maire aussi concerné que d’habitude distribuait la parole sans se risquer à émettre un avis avant de passer au vote pour clore rapidement un débat qui manifestement ne le passionnait pas.

Dernier commentaire

  • carpe diem
    7 décembre 2013 at 18 h 45 min Répondre

    Qui n’a pas de passé, n’a pas d’avenir!…

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.