Mimizan avenir

Valorisons notre environnement lacustre

Valorisons notre environnement lacustre

Voici la tribune libre des élus de Mimizan Avenir à paraître prochainement dans Le M:

Le maire d’Aureilhan a opportunément mis en relief le patrimoine environnemental et historique de notre territoire, en reconstituant la traversée du lac par le Duc de Westminster pour rejoindre son relais de chasse, le château de Woolsack.

 

Un environnement exceptionnel

Au-delà de son caractère patrimonial,  il a permis à beaucoup de découvrir la beauté du lac et de ses abords mais aussi tout son potentiel.

Mimizan se singularise par son environnement océanique, lacustre et forestier exceptionnel. Ce triptyque, qui a construit l’identité économique et sociale de notre commune, est toujours d’actualité quand on dessine l’avenir de notre espace. Oublier un des piliers crée inévitablement un déséquilibre et empêche d’optimiser nos atouts.

Nous possédons là un joyau préservé de la promotion immobilière. Il est facteur de développement d’activités nature et sportives. Il mériterait une attention particulière,  une collaboration forte avec les différents acteurs intervenant sur le site.

 

Des aménagements de qualité

Nous avons la chance, dans les Landes, d’avoir un département qui lutte contre le comblement des étangs littoraux et met en valeur ses abords (fenêtre urbaine d’Aureilhan et aménagements des abords de la promenade fleurie). Prochainement, nous pourrons parcourir les 12 km du tour du lac, permettant à chacun de découvrir sa richesse faunistique et floristique. Des acteurs associatifs et privés développent des projets de qualité dans le domaine des activités nautiques.

 

Des projets validés puis ignorés

De nombreuses réflexions ont été menées, mettant en valeur les qualités de notre espace lacustre. Dans les années 80, une base de plein air et de loisirs avait été imaginée, avec un hébergement pour les activités sportives et de bien-être. Dans les années 2010, M. Plantier, alors président de la Communauté de communes, avait répondu à un appel à projet sur un aménagement durable des stations.

Des préconisations et des orientations visant à promouvoir et valoriser le lac furent déclinées par les différentes équipes qui ont planché sur l’avenir de Mimizan. Hélas, nous ne sentons pas de la part de la municipalité la volonté de développer cet espace.

Dans le PLU en cours de validation, rien ne traduit une quelconque ambition. Avoir confié le camping à un opérateur privé sans véritable objectif est contraire au projet pourtant unanimement validé par les élus mimizannais : une réorientation de cet établissement vers un accueil de groupes pour des séjours sportifs et nature, venant compléter l’offre du cercle nautique.

Ce changement de destination s’accompagnait d’une réutilisation du site de cap Arriou. Une capacité de cinquante lits était envisagée par le développement d’une quinzaine d’unités d’hébergement, toutes différentes, réalisées en pin des Landes,  avec un airial servant d’espace commun pour accueillir des services liés au bien-être.

Un  autre projet avait été soumis à la commune de Mimizan : il mettait en exergue nos richesses pour le développement des sports nautiques (plage-lac) et des sports liés à l’air (aérodrome), permettant ainsi à la ville d’être labellisée station de sports de  nature.

Aucune suite n’a été donnée, alors que nous aurions été la première ville à bénéficier de cette identité. De nombreux autres projets auraient pu émerger et  être soutenus.

Les élus de Mimizan Avenir

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.