Mimizan avenir

Des chats à fouetter…

Des chats à fouetter…

Dans Sud-Ouest de ce jour, M.Bourdenx indique : « ni les élections ni la campagne ne sont notre priorité ».Peut-être y pense-t-il quand même un peu à ces élections, tout au moins le matin en se rasant! « Nous avons d’autres chats à fouetter » ajoute-t-il. Ces autres chats à fouetter ne seraient-ils pas les finances de la commune? Hier, chaque association de l’ASEM a reçu un mail de son président qui a été convié et reçu en mairie mardi par l’adjoint aux associations et l’adjoint aux finances. Pour quelle raison? Je vous le donne en mille! Les finances municipales ne permettent pas d’attribuer le montant des subventions, montant prévu avant l’épidémie de COVID 19.

La mairie demande donc à chaque asso de renouveler sa demande avant le prochain conseil municipal prévu le 11 juin (date limite d’envoi le 6 juin). Merci de revoir le montant de la dite subvention à la baisse, même si cela n’est pas formulé!

Cerise sur le gâteau, chaque association a reçu une lettre, datée du 12 mai, signée  » Votre Maire, Christian Plantier ».

En voici quelques extraits:

« Je tenais à vous dire que la Municipalité est à vos côtés pour vous accompagner dans vos projets à venir…Par votre action vous créez au quotidien de la valeur sur le territoire communal…L’équipe municipale est désireuse de vous rencontrer dans les prochains jours afin d’échanger ensemble des modalités les plus susceptibles de répondre à vos attentes. »

La fin n’est pas mal non plus : « Au plaisir de vous retrouver très vite. Bien cordialement. »

A ce jour, toujours pas de date pour « échanger » avec ces personnes!

Je tiens à la disposition des sceptiques la lettre de M.Plantier, colistier de M.Bourdenx, ainsi que le courriel envoyé par le Président de l’ASEM aux associations.

M.Bourdenx a sans doute la rage, mais les asso de L’ASEM également(en tout cas moi!),d’autant plus que depuis quelques années les subventions ont été drastiquement diminuées!

Rosine Martinez, présidente des Tréteaux du Born, asso appartenant à l’ASEM

 

 

Dernier commentaire

  • Chloé
    29 mai 2020 at 9 h 20 min Répondre

    Bonjour Madame,
    Le budget des collectivités, comme celui des entreprises et comme celui des ménages ne me semble pas extensible…
    Comme vous le savez nous sommes entrain de traverser une crise avec des conséquences économiques jamais connues.

    Aujourd’hui, après ce confinement les projets de tous ne sont plus les mêmes :
    – Après une période de chômage partiel, les ménages ont revu leurs projets 2020 à plus tard, les revenus entrant n’étant plus les mêmes
    – Après une baisse de la consommation dans certains secteurs, les industries ont reporté leurs projets d’investissement
    – Après la fermeture totale de certains commerces, ils espèrent juste arriver à retrouver une activité leur permettant de garder le cap jusqu’à l’an prochain où ils espèrent retrouver des revenus normaux

    Cela ne vous à pas échapper que Mimizan, station balnéaire est touchée de plein fouet par cette crise et que par conséquent :
    – Après ce confinement et ces fermetures, le budget de la commune, reste le même qu’avant, mais que comme pour tous les cas cités précédemment les priorités ne sont plus tout à fait les mêmes….

    Aujourd’hui, le mot qui doit s’imposer est celui de la SOLIDARITE, et il parait cohérent que comme les ménages, comme les industries, comme les commerces, les associations revoient leurs priorités… Il est demandé aux asso de revoir leurs demandes de subventions pour ne conserver que les projets urgents pour cette année, afin de pouvoir aider nos commerçants en difficulté et pour ma part je trouve cela 100% normal… Je suis moi-même présidente d’association et investie dans plusieurs associations Mimizannaise depuis enfant, et je sais que la vie association à Mimizan est très importante, et cela reprendra son cours en 2021…

    En attendant faisons nous preuve de bon sens et aidons nous !!

  • Rosine Martinez
    29 mai 2020 at 15 h 38 min Répondre

    Bonjour Mademoiselle,

    Tout d’abord,je voudrais vous remercier pour avoir pris le temps de lire ma prose et d’y avoir répondu.Un petit conseil cependant:vous devriez éviter de donner des leçons de morale à des personnes dont vous ne connaissez pas le parcours!
    Quant à parler de SOLIDARITE,dans ce domaine-là non plus je n’ai pas de leçon à recevoir,m’étant investie,au cours de ma vie,dans diverses associations,à Mimizan et ailleurs!
    En ce qui concerne les conséquences de l’épidémie de COVID 19 ,je n’ai pas attendu votre laÏus pour en prendre conscience.Je n’ai pas fait d’études d’économie certes,mais j’ai beaucoup lu,beaucoup échangé avec des personnes compétentes dans ce domaine,et je pourrais peut-être vous en remontrer.
    Toutefois,en ce qui concerne la solidarité,il a été demandé aux Tréteaux du Born,à plusieurs reprises ,de reverser 20% des recettes lorsque la troupe se produisait au Parnasse,ceci pour participer aux frais dus à la présence du régisseur et d’une personne de la sécurité.Nous l’avons fait!
    Je voudrais également vous préciser que pendant la période de confinement,et alors que nous avons plus de 70 ans et que mon mari souffre de plusieurs pathologies,la mairie ne s’est pas inquiétée de savoir si nous rencontrions des problèmes ou avions des besoins essentiels.
    Pour en terminer,vous dites que vous êtes présidente d’une association et que vous appartenez à plusieurs autres.Il me serait intéressant de savoir quelle sera la participation de toutes ces associations dont vous parlez.Mais,compte-tenu de votre leçon sur la solidarité,j’espère que vous allez être généreux.

    Madame Rosine Martinez

  • Michèle Périer
    1 juin 2020 at 10 h 11 min Répondre

    Chloe
    Votre point de vue est intéressant mais pour moi une collectivité doit être au service des plus fragiles. Une mairie doit tout faire pour que ses administrés soient le plus heureux possibles dans leur commune. Si la municipalité actuelle délivre une aide précieuse aux commerçants du marché de Mimizan et aux commerçants de la plage en leur permettant d agrandir leur terrasses, elle se doit d aider les associations qui font vivre la commune et qui permettent à ses habitants de trouver du plaisir, du bonheur dans leur activité associative . Cette période a été difficile pour tous. Il faut que nous sortions de cette période plus solidaires effectivement. Pour cela je pense que la mairie devrait soutenir les associations, les bénévoles dans leurs entreprises et cette demande de baisse de subventions, m inquiète . Cela risque de stigmatiser encore les plus fragiles en les laissant chez eux car impossible pour eux d adhèrer à une association qui pourrait disparaître ou faire grimper le prix des inscriptions. Car les sponsors habituels auront du mal cette année à s acquitter de leur contribution. D autre part il ne faut pas raisonner de la même façon pour un budget des ménages ou pour une collectivite locale. Les enjeux ne sont pas les mêmes, de plus la municipalité actuelle nous ayant rassuré mainte et mainte fois sur l état des finances de notre ville, je suis très surprise de cette décision.

  • Chloé Andueza
    1 juin 2020 at 20 h 16 min Répondre

    Salut Michèle,
    Aïe tu me vouvoies, je prend un coup de vieux !
    La démarche de la Mairie n’est pas de laisser de côté les associations pour aider les commerçants, mais cette année les difficultés sont décuplées, en effet avec l’annulation des fêtes locales les associations participantes vont avoir de gros trous dans leurs caisses… Et de mon point de vue il est normal que les associations qui ne peuvent réaliser leurs projets ou leurs évènements en 2020 à cause du Covid, laisse leur subvention pour aider ceux qui vont en avoir besoin cette année.
    Le triathlon a remboursé les sponsors et laissé sa subvention, le comité des fêtes idem, et je suppose qu’il y en a beaucoup d’autres pour qui les projets sont compromis cette année…
    Effectivement les enjeux d’une collectivité ne sont pas les mêmes que ceux des ménages, mais ça n’empêche que même si les finances de la commune sont à l’équilibre, face à de nouvelles mesures à prendre et une baisse des recettes (redevance d’occupations terrasse) le budget ne peut pas être extensible et des choix sont à faire (achats de masque, sécurité sanitaire dans les lieux publics, écoles, centres de loisirs, aide aux commerçants, aide aux associations, etc…), la priorité actuelle étant les mesures sanitaires et les besoins urgents.
    La Mairie ne laissera pas couler les associations et chacun pourra reprendre son adhésion l’an prochain, c’est pourquoi elles sont reçues actuellement afin de discuter en direct des projets pouvant être reporté ou non afin de travailler ensemble sur cette remodulation exceptionnelle des subventions…

    • Mimizan Avenir
      2 juin 2020 at 10 h 46 min Répondre

      Bonjour Chloé,
      Alors, pour ne pas te vieillir, je vais te tutoyer…J’entends bien tes arguments mais je ne m’y rallie pas.On ne peut pas demander au tissu associatif de se serrer la ceinture alors qu’il assure la cohésion sociale sur la commune. Mais si nous avions les mêmes approches,les mêmes valeurs,il n’y aurait pas plusieurs listes de candidats.Restons-en là et laissons les Mimizannais exprimer leur choix le 28 juin.
      Michèle Périer

  • Isabelle WACKENIER-BRUSTIS
    2 juin 2020 at 18 h 56 min Répondre

    Tout à fait Michèle,
    D’autant qu’en cette sortie de confinement, les gens ont plus que jamais besoin de recréer du lien, de vivre ensemble et les associations sont un outil de cohésion sociale. Elles ont besoin de soutien logistique et financier. Et une collectivité doit permettre, favoriser et impulser ce vivre ensemble. Et s’appuyer sur son tissu associatif !

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.