Mimizan avenir

Echanges au cours de l’assemblée générale

Echanges au cours de l’assemblée générale

Voici les premiers échanges tenus entre les élus et les membres de l’association au cours de l’assemblée générale du 31 mars 2018.

CONSEIL MUNICIPAL DU 29 MARS

Question : « Pouvez-vous nous expliquer votre absence ? »

Xavier Fortinon : Décision, lourde de sens, prise collégialement avec les 7 élus.

Acte symbolique. Depuis 10 ans que M. Plantier exerce ses fonctions de maire, nous demandons que les documents municipaux transmis soient suffisamment explicites pour que chacun puisse délibérer et décider en toute connaissance de cause. Que soient réunies les commissions pour étudier les dossiers et qu’elles ne soient pas seulement l’objet d’une communication préalable au conseil municipal.

  •  Pour ce budget, les documents transmis sont insuffisants :

– Un document budgétaire non accompagné d’une note de synthèse qui explique les éléments composant  notre budget ;

– Ce document nous demande d’affecter les résultats de 2017 sans qu’on adopte les comptes ; on affecte le résultat sans l’avoir constaté.

  •  Aboutissement de 10 ans d’avertissements. Il fallait marquer le coup :

– Situation financière de la commune très compliquée avec les 4 millions d’ € du casino ;

– Le maire nous a répondu que les documents étaient conformes à la loi. Si nous ne souhaitions pas siéger, ça ne regardait que nous… Nous avons donc décidé de ne pas cautionner par notre présence, cette situation financière et, par fidélité à ce que l’on dit depuis 10 ans, montrer que l’impunité dont le maire se croit doté, n’est pas réelle.

Question : «  Y aura-t-il une suite juridique ? Ils ont voté sur quelque chose qui n’est pas légal. »

Xavier Fortinon : Il faut d’abord vérifier le point de vue que nous défendons, consulter des gens dont c’est le métier pour déposer un recours si les conditions sont requises (deux mois pour en déposer un sur le vote du budget). Il faut que l’information soit dite « suffisante », et là elle ne l’était pas.

Intervention : «  La loi est claire. Elle liste l’ensemble des documents qui doivent être fournis en temps et en heure et si ce n’est pas le cas, il y a matière à saisir le tribunal administratif. La jurisprudence est constante : le moindre écart par rapport à la règle est sanctionné et recommencer une session budgétaire, ce n’est pas rien. Il faut mettre à la connaissance des Mimizannais leur façon de faire. »

Xavier Fortinon : C’est le sens de la démarche que nous avons initiée. Alerter la population par un acte fort. Éveiller la conscience individuelle.

COMMUNICATION

Intervention : « C’est bien le blog et Arlette et compagnie, mais pas assez de personnes vont sur le site. Un seul poids dans notre petite région, pour parler des frasques de notre maire, c’est Sud Ouest. Il faut absolument que ce qui est dit, fait par notre association, passe par ce journal. »

Marie-France Delest : Certes, mais tous les moyens de communication sont à utiliser, pour que tout le monde connaisse notre mouvement. Il nous faut trouver des points d’accroche pour que la population mimizannaise se mobilise. Elle se mobilise au moment des échéances électorales, de plus en plus tard. Le décalage est parfois difficile à vivre. Les Mimizannais, même s’ils se tiennent au courant, ce n’est pas leur priorité par rapport à nous qui sommes investis et vous aussi puisque vous êtes là.

 

Mimizan Avenir

 

 

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.