Mimizan avenir

Histoire d’une pandémie mimizannaise: le virus électoral

Histoire d’une pandémie mimizannaise: le virus électoral

Si le virus du COVID 19 a pour l’instant plutôt épargné notre belle région, un autre virus a frappé notre commune de manière très cruelle et ceci dès le début du confinement : le virus électoral.

Ce virus, qui frappe notre commune tous les 6 ans depuis 2008, présente les symptômes suivants, qui s’enchaînent dans cet ordre :

1/ Perte de mémoire,

2/ Mutisme,

3/ Problèmes de vue qui font confondre un tract électoral et un masque,

4/ Absence totale de scrupules.

 

Nous avons eu d’abord de l’inquiétude pour M. Bourdenx qui a présenté dès le mois de mars un premier symptôme : la perte de mémoire. En effet, il a semblé avoir oublié que le second tour avait été reporté dans la mesure où- par inadvertance- il a communiqué sur les « actions municipales » liées au confinement sur son site de campagne.

Après, plus rien : il semblait avoir perdu toute faculté à s’exprimer, à agir… Du coup, nous avons commencé à être vraiment inquiets : après la perte de mémoire, le syndrome du mutisme !

Ce virus étant très contagieux, nous nous  sommes inquiétés aussi pour notre maire : On a beau être des adversaires politiques, nous décidons de prendre des nouvelles, en espérant les sortir tous les deux de leur immobilisme.

Dans un premier temps, nous pensons que notre maire n’est pas infecté : il entend notre proposition de réouverture des marchés et une réunion est organisée.

Malheureusement, quelques jours plus tard,  nous comprenons qu’il est lui aussi touché avec une perte de mémoire qui lui fait oublier que ces mesures sont le résultat d’un front commun de toutes les sensibilités politiques de Mimizan.

Puis… 15 jours après, c’est l’escalade. Tout s’enchaîne et ça devient une véritable pandémie :

De nombreux membres de la liste Bourdenx semblent touchés.  Ils vont distribuer les masques fournis par le Conseil départemental, on leur propose de l’aide : un front commun contre le COVID 19, en quelque sorte !

Mais le virus électoral frappe encore : ils semblent prendre les masques pour des tracts et, tendus comme des militants dans une dernière ligne droite d’élections,  refusent toute aide !

Nous espérons qu’ils n’atteindront pas le stade terminal du virus électoral : l’absence totale de scrupules qui pourrait leur faire organiser une livraison de masques au domicile des publics les plus fragiles.

Ça serait un masque contre une procuration en quelque sorte…

Vite, vite un vaccin !

 

Daniel Large

 

 

 

Dernier commentaire

  • Bouyssy Matthieu
    18 mai 2020 at 10 h 28 min Répondre

    Entièrement d’accord. Leurs façons de faire est vraiment abjecte. J’espère sincèrement que les gens ne sont pas dupe.
    bravo à l’auteur pour le texte si bien formulé.

  • Moi
    21 mai 2020 at 23 h 15 min Répondre

    Donc rien de nouveau sous le soleil de Mimizan concernant la municipalité encore en exercice ! …

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.