Mimizan avenir

La complainte des bien pensants

La complainte des bien pensants

Une réponse à la tribune de la majorité parue dans le n° 15 du M :

 

Dans les conseils municipaux, les magazines,

Le sieur Plantier, ses moutonniers conseillers

Geignent et se lamentent, font grise mine,

Tant calomniés seraient-ils, par la minorité.

 

Or ils tiennent la ville : ils sont la majorité,

Bradent le patrimoine, endettent la commune,

Dépensent sans compter comme loups affamés,

Mais se plaignent toujours qu’on les importune.

 

« Comment ? Serions-nous de si mauvais gestionnaires

Que l’on nous accuse de faire de mauvais calculs ?

Que nous ne saurions gérer de la commune les affaires ?

Qu’elle serait en pleine infortune ? Ridicule ! »

 

Ô perfides mensonges, ô ruses désespérées !

Déjouons  sans barguigner la vile comédie

De tous ces plaisantins, à la langue acérée

Qui ne sont ni victimes, ni pauvres incompris.

 

Dans leur récente tribune, de son fauteuil d’édile

Les bien pensants invectivent, injurient l’opposition.

Ne cherchez pas des arguments ! Ils déversent leur bile

Sur les élus qu’ils prennent pour ridicules pions.

 

Bien pensants, la critique vous insupporte

Tant, qu’il vous faut ainsi nous insulter ?

Cessez donc de gémir, de larmoyer de la sorte

Avec le temps apparaîtra la vérité.

 

Moralité : Mieux vaut être lanceurs d’alerte et s’opposer aux dérives

Que de s’afficher bien pensants et manier l’insulte comme seule esquive.

 

 

Alain Ringeval et Arlette Bouigue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.