Mimizan avenir

Le petit bout de la lorgnette

Le petit bout de la lorgnette

Jeudi 13 juin 2019

18h-19h50

Troisième partie

Atmosphère : Rame, rame. Rameurs, ramez.

Et le maire regarde ramer son dauphin…

Point 3-Acquisition de la parcelle AA 485 lot b

Les remarques et les questions pleuvent du côté de l’opposition. Frédéric Pomarez est à la manœuvre :

•La perte de la colonie de vacances du Tarn-et-Garonne et ses conséquences socio-économiques.

•Une acquisition de 4, 579 520 millions €, non prévue au budget. Estimée 3,2 millions par les services des Domaines et 4,1 millions par un expert en immobilier. Pourquoi cet écart et ce montant qui fait grimper le prix du foncier à Mimizan ? Est-ce le rôle d’une collectivité ?

•La commune disposant du droit de préemption, il n’y avait aucune urgence, d’autant que le département du Tarn-et-Garonne ne voulait vendre qu’à une collectivité.

•Le montant annoncé en septembre était de 5,2 millions : une recette de 500 000€ pour des aménagements aux alentours car, pérorait Arnaud Bourdenx « c’est le rôle d’une collectivité de mettre sur un budget d’autres investissements pour finir les travaux si ce n’est pas suffisant. »Le montage financier n’étant plus le même, les Mimizannais devront-ils supporter pour un intérêt privé, la charge des travaux d’aménagement ?

Des énoncés clairs, des questions pertinentes. Des réponses à la sauce Bourdenx:

•«Voilà la situation : Trouver le prix qui nous permette d’acheter et le prix de vendre à un acheteur. Anticiper sur les travaux à venir et donc augmenter le prix de vente pour garder cette recette. »Les fameux 500 000€ « pour lesquels nous n’avons pas reçu de félicitations de votre part. »L’opposition n’était pas contre l’achat. Elle trouvait juste que ce montant était un peu… juste !

•L’urgence ? « On ne laisse pas passer des affaires comme celles-ci. »Ah ! Les affaires

•« Etre acheteur et revendeur, c’est se préserver. On sait quel projet va prendre forme dans les mois qui viennent. »On a déjà des étoiles plein les yeux.

•« Nous sommes à la recherche d’un mécanisme qui permette de trouver l’argent. »Pourvu qu’il ne grippe pas !

•« La perte de la colonie…Nous ne sommes pas toujours responsables de ce qui se passe. »Certes le Tarn-et-Garonne est responsable de cette vente. Mais n’oublions pas que la commune de Mimizan achète le terrain pour le revendre à un promoteur.

Xavier Fortinon -dont le maire dira qu’elle est hors-sujet- cible alors l’insincérité du budget qui ne prend pas en compte l’achat du terrain. Le maire qui engage son nom pour un projet d’aménager dont la commune est maître d’œuvre, signé Christian Plantier et qui n’apparaît dans aucun document budgétaire.

Notre rameur rame, c’est son rôle : « Votre point de vue n’engage que vous. C’est un superbe projet à ne pas manquer. Vous n’émettez que des critiques sur ce sujet. On a un coin de ciel bleu et vous critiquez. » Plût au ciel que le temps ne tourne pas à l’orage!

Et on conclut la lorgnette avec les mots de Xavier Fortinon : « Vous ne répondez à aucun fait. Chacun sa méthode. Moi, c’est la démonstration, vous c’est l’invective. » CQFD.

Arlette Bouigue .

 

 

 

 

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.