Mimizan avenir

Le Petit bout de la lorgnette

Le Petit bout de la lorgnette

Jeudi 19/12/2019

18h-20h

Deuxième partie

Atmosphère : Tout et son contraire

Allons faire un détour par le conseil communautaire, qui s’est tenu la veille. Marie-France Delest rappelle à quelques élus majoritaires qu’ils se sont abstenus, arguant la très proche échéance électorale, sur un changement d’organigramme pour la réorganisation des services. Or, à trois mois des élections« nous vendons pour plus de 5 millions de terrains, et sur le plan moral, c’est un peu fort de café. »

Comparaison, n’est pas raison, dit-on. Facile pourtant de comparer ces deux délibérations. Un simple organigramme, face à la destruction de la forêt du Parc d’Hiver qui remplira, encore une fois, les poches des promoteurs ? Ils n’offrent aucune garantie sur l’unité architecturale, la préservation du relief naturel, puisque, cahier des charges, il n’y a point. Juste « un carnaval de Rio » ou une « maison Playmobil  »dira Annabel Olhasque, qui a …aperçu le projet !

Un projet présenté par des jeunes a été rejeté. Le premier adjoint persifle : « On ne peut pas prendre de risque avec ce genre de projet, alors, les jeunes… ». Annabel Olhasque fait remarquer, à juste raison, que « si l’on ne donne pas leur chance aux jeunes, ils n’acquerront aucune expérience. » Xavier Fortinon ajoute que M. Bourdenx profère des « inepties. Le mépris, ça ne dure qu’un temps et ça vous claquera à la figure pour que vous vous en souveniez longtemps. » «  A Mimizan, on connaît le taux de vieillissement le plus élevé du département. Ce n’est pas que l’affaire des douze dernières années. Je n’exonère pas les trente années passées ».

Vous la voyez la différence entre majorité et minorité ? Reconnaître des erreurs… Vous voulez connaître la réponse d’Arnaud Bourdenx ? « Je n’ai aucun mépris envers vous. Votre comportement n’évolue pas… » Et cela s’appelle ? Ce qu’il croit être une réponse, méprisante, certes, mais dénuée de toute réalité.

Finalement…un macro-lot est vendu à un acquéreur qui ne coche pas les critères définis par le maire : il n’a aucune expérience en la matière, construira une résidence de tourisme et on s’en balance de la mixité sociale.

« A Mimizan, on accueille des gens qui ont des moyens. Les jeunes vont se loger à Escource, à Pontenx. Je vérifie toujours ce que je dis. »

Dernières paroles de l’opposition, pour cette lorgnette, qui reviendra sur l’analyse des besoins sociaux, le «  sait foutre ni maille »et qui sait… sur «  Léon, roi de Bayonne ? »

Arlette Bouigue

Dernier commentaire

  • Cassanet
    30 décembre 2019 at 10 h 08 min Répondre

    Encore du betonnage, pour le parc d hiver cette fois.
    Qui sera le promoteur grand gagnant ?
    Triste époque. Il faudra se mobiliser en mars.

  • Pascal
    30 décembre 2019 at 11 h 35 min Répondre

    Vous parlez de destruction de la forêt du Parc d’Hiver avec le projet de la majorité mais je vous rappelle que l’opposition socialiste n’est pas contre une ZAC, dixit M.F. Delest au cours du conseil municipal du 11 juillet 2019 : « Ce n’est pas que nous ne sommes pas d’accord sur la création d’une ZAC au Parc d’Hiver, nous ne sommes pas d’accord sur la manière dont vous créez cette ZAC. Nous sommes d’accord sur une ZAC au Parc d’Hiver mais pas comme vous le voulez. Vous voyez que l’on peut être d’accord. »
    Finalement, qu’importe le projet, que ce soit l’un (Hournails bis) ou l’autre (cité du bois), il est toujours question de détruire un des plus beau joyau de la commune !
    CQFD

    • Mimizan Avenir
      30 décembre 2019 at 14 h 41 min Répondre

      Je vous remercie de votre commentaire qui va permettre de clarifier les choses.
      Une ZAC est une zone d’aménagement concerté et il revient à la collectivité d’en écrire le cahier des charges.
      C’est ce cahier des charges justement qui permet la préservation de l’ environnement et de la forêt ; c’est ce cahier des charges qui permet de fixer la densité et le nombre de m2 constructible;c’est ce cahier des charges qui fixe les règles d’ urbanisme;c’est ce cahier des charges qui permet la mise en valeur de ce site magnifique à travers, notamment, l’aménagement des espaces publics.
      C’est ce cahier des charges qui a été bafoué aux Hournails, ce qui a totalement changé le projet initial.
      Nous avons toujours défendu un projet différent respectueux de l’environnement, protégeant la faune et la flore des bords du courant ;et la typologie de ce lieu marquant l’entrée de Mimizan plage. Un projet permettant une vraie mixité de population en privilégiant l’habitat principal,en fixant une densité raisonnable.
      Un projet piloté par la collectivité et non par les promoteurs immobiliers, défendant l’intérêt des Mimizannais en assurant à la fois la préservation de ce site magnifique et le développement de notre cité.
      MF DELEST

  • Steph
    30 décembre 2019 at 11 h 50 min Répondre

    C’est aux habitants de décider de l’avenir de leur ville ils ont jusqu’au mois de mars pour réfléchir.

  • Cassanet
    30 décembre 2019 at 15 h 29 min Répondre

    J’ai vu que SEPANSO 40 avait lancé une pétition contre la Zac du parc d hiver. SEPANSO a souvent des analyses intéressantes notamment sur le trait de cote et la problématique de l’eau.

  • Pascal
    30 décembre 2019 at 15 h 59 min Répondre

    Donc c’est bien ce je disais, vous êtes favorable pour une ZAC au parc d’hiver, et même tout en étant maître d’oeuvre (et non des promoteurs) vous devrez défigurer, que vous le vouliez ou non, cette partie de la plage. Il me semble que pour construire vos maisons à ossature bois il vous faudra abattre des pins !
    Désolé mais je suis contre, et certainement de nombreux locaux…

    PL

    • Mimizan Avenir
      30 décembre 2019 at 18 h 17 min Répondre

      On respecte votre point de vue et on le publie .Les réserves foncières faites dans les années 2000 avaient pour objectif de permettre de faire face à l’attractivité de Mimizan, et le projet développé initialement sur les Hournails, a été totalement dévoyé et c’est une logique purement mercantile qui a présidé à son aménagement. Le résultat est pour le moins édifiant d’un point de vue environnemental et architectural et on peut légitimement s’interroger sur les difficultés prochaines qui naîtront entre les résidents. Nous comprenons que la duplication des Hournails puisse inquiéter d’autant que ce sont les mêmes opérateurs qui vont majoritairement sévir. Nous n’irons pas pour notre part sur le parti pris de la sanctuarisation.
      Xavier Fortinon

  • Cassanet
    30 décembre 2019 at 16 h 46 min Répondre

    La concertation est une bonne demarche. Mais dans l absolu, il faut arrêter de detruire le vert pour mettre des habitations même en bois, au service du locatif saisonnier ou du secondaire, au profit du promoteur lical, au detriment de tous les autres

  • Pascale
    30 décembre 2019 at 17 h 15 min Répondre

    Alors soutenez la sopranos dans son combat contre ce projet..nous allons de recours en recours.nous y arriverons si les mimizannais conscients du désastre économique et écologique des hournails se prononcent contre et s expriment lors des élections.les promoteurs choisis sont les mêmes que les hournails..les bénéficiaires.ceux qui connaissent la valeur de cet emplacement et en bonne place pour acheter des parcelles bien placées…alors unissons nous forces…le règlement de cette affaire se fera par voie de justice…

  • Pascal
    30 décembre 2019 at 18 h 22 min Répondre

    Réponse à Cassanet,

    La pétition dont vous parlez n’est pas l’oeuvre de la SEPANSO mais du collectif des riverains du parc d’hiver.
    SEPANSO n’a fait que relayer l’information.

    PL

  • AK
    31 décembre 2019 at 22 h 46 min Répondre

    Si j’ai bien compris Mimizan Avenir est pour la destruction de notre patrimoine mais avec des autres promoteurs.

    Il vaut mieux réparer la Plage sud. En plus, supporter la bulle immobilière ne va pas résoudre les problèmes de Mimizan!

    • Mimizan Avenir
      1 janvier 2020 at 11 h 09 min Répondre

      Vous avez fait un raccourci qui frôle la caricature. Aujourd’hui,nous sommes confrontés à des défis environnementaux et à des défis sociaux qu’il ne faut pas opposer. Beaucoup de personnes ont des difficultés pour se loger dans des conditions décentes et accessibles financièrement.Les réserves foncières réalisées il y a plus de dix ans doivent faire l’objet d’un projet accepté et débattu sans exclusive dans le respect de l’environnement et du cadre de vie exceptionnel que nous offre Mimizan.
      Xavier Fortinon

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.