Mimizan avenir

Le petit bout de la lorgnette

Le petit bout de la lorgnette

Jeudi 17/12/2015

18 h – 20 h

Atmosphère 1 : routinière

Agacé, le maire évacue les questions de Messieurs Doussang et Corbeaux, portant sur ses décisions prises par délégation. « On en parlera plus tard. » « On vous donnera des réponses ; on a rien à cacher. » Expressions récurrentes auxquelles nous sommes maintenant habitués. Le « Circulez, y’a rien à voir » voire le « Cause toujours, tu m’intéresses », sont, sinon entendus, très sous-entendus.

M. Cassagne est interpellé par Annabel Olhasque (point 4 de l’ordre du jour – choix des subventions). Elle lui fait remarquer qu’elle n’a été conviée à aucune commission sports. Et pour cause… il n’y en a pas eu. Promesse est faite qu’il y en aura : « Le budget n’est pas terminé… on en discutera. » Dont acte.

Ce point étant voté à l’unanimité, le maire, tout sourire, analyse : « C’est pour toucher de l’argent, donc tout le monde est d’accord. » Sentence cocasse dans la bouche de l’édile. N’a-t-il pas, le matin même sur France Bleu Gascogne, parlé et reparlé « argent » ?

Argent qui doit rentrer dans les caisses de la mairie. Et vite ! Les campings feront l’affaire…

Atmosphère 2 : le bon sens près de chez vous

On aborde le point 12 (Délégation de service public-DSP des campings). Le maire se fend d’une longue lecture justifiant ce choix et cette décision « portée par le bon sens » : la commune ne peut supporter le coût du réaménagement des campings. Vraiment ? Le budget communal tire actuellement bénéfice de leur gestion et leur propre activité peut largement supporter les investissements de leur modernisation.

Plus tard, son premier adjoint lira aussi une explication analogue. Les deux élus détaillent, précisent. Ils ont « mûrement réfléchi avant de prendre cette décision. Ce n’est ni une idéologie, ni un fantasme. La municipalité gagnera de l’argent… le public des campings restera familial ; il n’est pas question d’accueillir des riches. » Ils emploient « des mots simples et justes qui font appel au bon sens. »

Le bon sens… est-ce bien sûr ? Des campings gérés par des professionnels, des opérateurs privés en lieu et place de la municipalité ? Après avoir délégué le choix des programmes culturels du Parnasse à un prestataire arcachonnais…

N’est-ce pas plutôt une tendance à la privatisation et un aveu manifeste d’impuissance à gérer une activité économique essentielle au tourisme mimizannais ?

L’analyse argumentée de Xavier Fortinon est très différente de celle des deux élus. Il explicite les conséquences de la DSP : modification de l’équilibre économique de la station ; diminution du chiffre d’affaires du camping. Il prouve, simulations à l’appui, que les recettes de la mairie seront moindres. D’autre part, si tous les employés choisissent de réintégrer la commune, la charge supplémentaire sur le budget sera de 200 000 €.

Lors de cette intervention,  la lorgnette a observé, sidérée, les rires arrogants et méprisants du directeur général des services, du directeur de cabinet et de quelques conseillers… Marques d’une suprême élégance qui masquent leur incapacité à répondre ! On rit beaucoup, on se félicite aussi, on se congratule sur la gestion de ce projet. On passe même à la télévision pour expliquer que rien n’a été mis en œuvre, depuis 30 ans, pour améliorer les campings.

Otez- moi un doute : l’équipe municipale majoritaire est bien  en place depuis 8 ans ? Si la situation est soudainement si dramatique, qu’a-t-elle fait, durant ces années,  pour rattraper le retard des installations ?

Arlette Bouigue

 

 

 

Dernier commentaire

  • Loubere.B
    22 décembre 2015 at 21 h 44 min Répondre

    La critique est facile mais l’art est difficile…daurenavant rien ne changera…belle devise,en même temps la majorité fait loi et ce quelque soit l’équipe en place donc…

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.