Mimizan avenir

Le petit bout… sans la lorgnette

Le petit bout… sans la lorgnette

Après les six dernières années de mandature Plantier et les deux conseils municipaux suivant les élections municipales, je me suis posé bien des questions.

À écouter très récemment M. Bourdenx et Mme Amestoy, je crois avoir des réponses… mais ne le répétez pas !

Ils ont :

  •  Soit lu Friedrich Nietzsche : « Souvent les gens ne veulent pas voir ou entendre la vérité parce qu’ils ne veulent pas que leurs illusions soient détruites. »
  • Soit écouté Michel Onfray, philosophant sur le fait que si nous sommes atteints par COVID 19, c’est qu’il y en a eu 18 avant. C’est un peu comme si, après avoir regardé Les 39 Marches d’Alfred Hitchcock, je me disais : « Et merde, j’ai pas vu les 38 précédentes. » Au risque de me casser la figure !

Si je vous dis tout ça, c’est à cause de ça. Que j’ai entendu lors du conseil municipal du 22/10/2020.

« Ne vous grattez pas la tête, on a tout fait. » M. Bourdenx, si vous avez tout fait, pourquoi 199 propositions pendant la campagne électorale, pour le futur de Mimizan ? Il est rigolo d’ailleurs,  ce nombre. Pourquoi pas 200 ? Cela me fait penser au dernier pantalon que j’ai acheté : XX€ 99. Chaque fois… ça sent l’arnaque.

Mme Amestoy ? Je vous prie de m’excuser si je ne retranscris pas votre intervention. Vous la lûtes si rapidement que je ne pus prendre de notes. Je vous entendis cependant vociférer que la municipalité actuelle faisait preuve d’immobilisme… d’immobilisme… d’immobilisme  et… cet audit financier ! Qui va coûter à la commune…

Il vous fut expliqué par le maire et l’adjointe à l’urbanisme que l’audit était une promesse de campagne. Une  bonne base, une base sûre pour mener  la politique de projets raisonnables et raisonnés de l’équipe actuelle.

Qui n’attend que votre coopération…

Arlette Bouigue

 

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.