Mimizan avenir

Le secours à personne

Le secours à personne

Où en est -on aujourd’hui ?

Le secours d’urgence   sur notre ville   amène  une réponse à l’éloignement géographique des hôpitaux du département et des départements voisins. A travers les appels du 15 ou 18, les secours sont organisés pour satisfaire l’arrivée sur les lieux dans les 20 minutes qui suivent l’appel. L’urgence est, dans notre secteur, assurée par les services du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) et donc par les sapeurs-pompiers locaux qui répondent depuis les six dernières années à une moyenne de 1000 interventions par an dont plus de 80% dans l’assistance aux personnes. Ce dispositif est médicalement régulé par le SAMU qui peut, si nécessaire, engager un véhicule S.M.U.R positionné à Labouheyre avec une prise en charge pré-hospitalière par  un médecin-urgentiste à bord. Les sapeurs-pompiers assurent aussi les transports vers les structures hospitalières,   accompagnés, l’été, d’une présence infirmière.

Tout le volet opérationnel est en place selon des règles d’engagement des personnels en départ immédiat et différé à 5 mn. Les lieux d’évacuation sont choisis en fonction des pathologies conditionnées et les personnes sont acheminées dans les meilleures conditions vers les structures hospitalières offrant le meilleur accueil médical adapté du moment.

Que proposer ?

Il faut bien sûr toujours essayer d’améliorer ce système en mobilisant  des  moyens financiers colossaux nécessaires   pour obtenir des moyens matériels et humains  supplémentaires.

L’idéal serait de bénéficier l’été d’une antenne de SAMU comme à Biscarrosse. La collectivité doit être  à  l’initiative  sur ce dossier auprès des pouvoirs publics.

Sur le plan local, une numérotation  séquentielle ou métrique  pourrait permettre de localiser les rues et les habitations de manière précise dans l’intérêt des services publics et des services d’urgence.

Notre centre de secours  doit rester  au centre du dispositif  en assurant la formation du plus grand nombre aux gestes de premier secours .

Au travers du pôle de santé,  mais aussi  en association  avec certains services publics (sécurité routière, gendarmerie, police municipale),  des actions de prévention  pourraient être menées sur différentes thématiques (infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux, conduite et substances dangereuses)pour réduire les délais d’ intervention et diminuer les conduites à risque.

Daniel Pujos

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.