Mimizan avenir

Le petit bout de la lorgnette

Le petit bout de la lorgnette

Jeudi 09/11/2017

18 h – 19 h 15

Atmosphère: C’est quoi ces questions?

Point 9 de l’ordre du jour – Désaffectation et déclassement d’une partie de la parcelle T n° 111 et de la parcelle T n° 002. Aire sud.

Soulignant le travail du commissaire-enquêteur, même si elle n’en partage pas la décision, Marie-France Delest s’étonne que, dans cette délibération, soient associées deux parcelles contiguës : seule la T n° 111 a fait l’objet de l’enquête publique, celle de feu l’aire de camping-cars. Or, la T n° 002, celle de l’hélistation (2500 m²) passerait aussi du domaine public communal au domaine privé…

Sur le site de la mairie, dans le mémoire du maire concernant la parcelle T n° 111, on peut lire : « Face aux inquiétudes nombreuses des riverains quant à la densité d’un tel projet qui comportait initialement 120 logements, la municipalité a fait le choix de dédensifier considérablement celui-ci  de plus de 50 %. »

« D’où sort ce chiffre ? Le promoteur a-t-il changé de projet ? » Confus dans sa réponse, mais jamais penaud, Arnaud Bourdenx bafouille : « En quelques mots… ce n’est pas à l’ordre du jour. On ne sait pas, mais le projet aura moins de logements. » Ce que l’on demandera de confirmer au toujours très dévoué directeur général des services. La conseillère insiste : « On pourrait connaître le nom de l’investisseur ? Si vous ne voulez pas me répondre, vous pourriez au moins présenter le projet aux riverains. » Sûrement dans une prochaine réunion de quartier avec des plans sur la comète !

N’obtenant aucune réponse à ses légitimes questions (contrairement au journal Sud-Ouest dans son édition du 11 novembre, la lorgnette n’y voit pas de suspicion et précise que l’opposition ne lâche en aucun cas ce déclassement) elle achèvera sa prise de parole, rappelant posément que 80 places de parkings ont été détruites avant l’été. Dans son mémoire, le maire s’engage à maintenir in situ, un parking de… 80 places, et à refaire, à la va-vite, des aménagements dans les rues adjacentes. Est-ce bien raisonnable ?

Car il faudra bien, un jour ou l’autre, en ces temps de disette budgétaire, faire le point sur le coût de tous ces chantiers.

Arlette Bouigue

 

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.