Mimizan avenir

Le petit bout de la lorgnette

Le petit bout de la lorgnette

Jeudi 14/12/2017

18 h – 20 h 30

Atmosphère : Mea culpa, maxima mea culpa

Après que le conseil municipal eut été comparé à un cénacle, v’là-t’y pas qu’en cette soirée, nous nous vîmes téléportés dans un confessionnal. Selon le maire et son premier adjoint, l’opposition et son chef de file, Xavier Fortinon, devraient battre leur coulpe, se repentir de leurs péchés. Le casino vide ? Responsables et coupables. Le constructeur qui n’est pas payé ? Responsables et coupables. La fuite de l’investisseur Promeo sur la parcelle n°T111 ? Responsables et coupables.

Vous ne manquez pas d’air les deux prêcheurs qui avez banni d’un revers de main les avertissements successifs de l’opposition sur le pharaonique projet du casino. Aucun examen de conscience, mais le comportement infantile « de personnes qui mènent des procédures jugées illégales et se retournent vers la personne qui tente d’ouvrir les yeux de la population. Quand on a entamé la procédure en justice, les travaux n’avaient pas commencé ; premier avertissement : alors venir dire que je serai responsable des factures impayées, c’est un peu fort de café. »

Vous ne manquez pas de culot lorsque vous balancez à Xavier Fortinon qu’il « [est] pour quelque chose dans [vos] petits tracas », alors qu’il est loisible de vérifier (dans le, la M et diverses délibérations) que vous vous êtes engagés à ce que la commune n’emprunte pas, à ce que le casino ne doive pas coûter un centime au contribuable local. « Vous parlez, monsieur le maire, et dans la seconde où vous parlez, vous oubliez. »

Verba volant, sed scripta manent !* Relisez vos bibles (et pourquoi pas le journal de Mimizan Avenir ?) :

  • Budget primitif/2017 : emprunt de 1 million d’€
  • Quinze jours avant la fin de l’exercice : 5 millions

Encours de la dette : passé de 8 millions 9 à 13 millions… 50 % en une année.

Cherchez l’erreur quand Arnaud Bourdenx prétend que « la position d’endettement n’a rien de catastrophique. »

Vous n’avez pas froid aux yeux non plus quand vous reprochez au conseiller de l’opposition le seul recours déposé durant vos mandats, alors que Mimizan Authentique Plus en a déposé au moins sept durant ceux de M. Bourden.

C’est dingue quand même, cette habitude d’imputer aux autres vos propres actes, vos propres errements. Et de parler de votre courage, alors qu’il ne s’agit que d’obstination infertile et de paroles d’évangile.

Difficile de passer sous silence le vœu pieux émis par Gaétan Videau d’une concertation entre élus majoritaires et minoritaires, afin que soit votée la transaction juridique avec le groupe CETIM. Cet élan syncrétique restera lettre morte… Je vous en prie, M. Videau, ne rêvez pas : L’opposition n’est pas spécialiste du retournement de veste.

Dans la M, j’ai entendu sans m’en étonner outre mesure, que vous vous octroyez la construction de la maison de santé. Résumons : Vous accusez l’opposition d’être responsable de vos erreurs. Et vous appropriez indûment la réalisation de la communauté des communes.

Arlette Bouigue

* Les paroles volent mais les écrits demeurent.

 

 

 

 

 

 

 

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.