Mimizan avenir

Le petit bout de la lorgnette

Le petit bout de la lorgnette

 

20/07/2017

18 h – 19 h

Atmosphère : Pinocchio ? Sors de ces corps !

Comme dit M. Pons : « voilà ». Voici donc les mensonges, semi-vérités, approximations proférés, par les élus de la majorité, sans autorisation préalable de M. le maire, pourtant très soucieux d’un règlement intérieur qui l’amène souvent à refuser la parole à l’opposition, parce qu’elle ne l’a pas poliment demandée. Il lui est suggéré de régenter l’ordre… peine perdue !

Prises de paroles anarchiques de Mme Amestoy, dont la lorgnette s’excuse de ne pouvoir reproduire les borborygmes.

De Mme Barantin. Au fameux point 6 de l’ordre du jour, alors que Marie-France Delest propose que sur les trois lots restants de la parcelle AY 107, soient construits des logements sociaux, la dame s’étrangle de colère et accuse : « A Pyramide 2, on attend encore la fin des logements sociaux prévus pour 2017. » Elle sera… coiffée sur le poteau par Xavier Fortinon, car elle profère des inepties. L’achèvement de ces logements n’a jamais été prévu pour 2017. Mais faire circuler une fausse information, c’est toujours du bénef pour la majorité.

On s’échauffe sur les amendes de police dont le maire dit qu’elles ont été divisées par trois, par rapport à l’an passé, alors qu’elles ont augmenté. M. le maire a pourtant toujours assuré être davantage pour la prévention que la répression. Mais les amendes salées, c’est aussi du bénef pour la majorité.

Au point 9, on se pose des questions sur le futur pôle de santé et de bien-être, confié à la SCI La Colombe. Marie-France Delest en donne la définition et suggère d’utiliser les termes exacts, dont le maire n’a rien à faire… restons polis ! La lorgnette les reproduit* et se régale de la réponse du maire : « J’ai rencontré l’investisseur. Des gens qu’on connaît qui ont déjà travaillé sur Mimizan. C’est une activité nouvelle pour Mimizan. Des activités diverses. C’est l’investisseur qui décide. Il a fait son étude son marché. On n’a pas à juger. On n’a pas à intervenir là-dessus. Ça créera de l’emploi. » La SCI La Colombe ? Et  le pigeon ? Où est-il le pigeon ?

L’acmé de cette séance est scriptural et non plus oral. Point 8 : cession de terrains à bâtir aux Hournails, lot n° 4. La société Garona devait créer neuf lots, individuels à accession sociale. Légère modification à l’ordre du jour : l’adjectif « sociale » a disparu. Il s’agirait d’une coquille, selon le maire qui observe un long silence, digne d’un 11 novembre, recherchant dans un rapport qu’il a dû lire, la remarque qui lui est faite. La lorgnette s’inquiète… ce maire si prompt à lire ce qu’on lui écrit ou à dire ce qu’on lui souffle, est muet. Une minute (de silence) plus tard, il répétera qu’il s’agit d’une coquille que Xavier Fortinon écrase en lui demandant doucereusement :  « Passer de 120 € lors de la précédente délibération, à 275 € le m² de surface plancher… à ce prix, vous voulez faire de l’accession sociale ? » L’accession sociale est devenue accession privée en un tour de passe-passe !

Faudra-t-il convoquer Jiminy Cricket, lors des prochains conseils municipaux ? Pour que ces élus majoritaires à la conscience tranquille, fassent enfin preuve de bonne foi ?

 

Arlette Bouigue

 

*Un pôle de santé assure des activités de soins sans hébergement de premier secours au sens de l’article L 1411-11 et le cas échéant de l’article L 1411-12 et peut participer à des actions de santé publique, de prévention, d’éducation pour la santé et à des actions sociales dans le cadre du projet.

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.