Mimizan avenir

Le petit bout de la lorgnette (II)

Le petit bout de la lorgnette (II)

Jeudi 27/10/2016

18 h – 20 h

Atmosphère : indécence ordinaire

La majorité a les yeux de Chimène pour les promoteurs et la fâcheuse habitude de faire voter des projets  sans éléments concrets. Une preuve de plus ?

Point 10. ZAC des Hournails. Vente de lots pour lesquels on consent aux promoteurs des paiements échelonnés. Cette décision fut prise lors de la signature, sans aucune délibération. L’opposition est devant le fait accompli. “Le promoteur fait de la réserve foncière et nous on fait la banque”, souligne Xavier Fortinon.

Point 17. Cession de parcelle sans informations sur le dossier (ni plan, ni croquis), sur le projet des acheteurs. Marie-France Delest conclut : “On ne signe pas de blancs-seings.

Point 18. ZAC des Hournails. Projet d’un  village pour les saisonniers. Marie-France Delest se désole de devoir poser des questions idiotes. “Les saisonniers pourront-ils payer leur loyer ?” Évalués entre 300 et 580 € par mois, plus la part patronale. A la question : “combien gagnent les saisonniers qui cueillent les myrtilles ?”, M. Pons répond : “Le SMIC.” Comme ils sont payés au panier, proposons un stage à l’adjoint à l’urbanisme. Il calculera combien de paniers sont à remplir pour accéder aux logements locatifs sociaux, prévus par un promoteur qui n’a aucune connaissance du logement social. Xavier Fortinon remarque qu’aucun élément concret dont il faut discuter avant de céder un terrain pour évaluer la qualité du projet n’a été soumis aux élus. Qui va construire le projet ? Quel sera le taux d’occupation ? “Le mot promoteur semble vous agacer.” Arnaud Bourdenx. “On va abréger.” Christian Plantier.

Il est vrai que vendre 10 000 m² sans savoir ce qu’y fera Promeo Patrimoine… ne vaut pas débat !

Point 20. Le prix de vente des lots du lotissement des Oiseaux, pour l’accession à la propriété principale  est de 312 € HT/prix plancher, si on transforme le prix du terrain nu en prix au m², comme c’est le cas aux Hournails pour les promoteurs : 275 € HT. Ce calcul est obtenu si l’acquéreur aux Oiseaux bâtit une maison de 120 m². Si la maison est plus petite, le prix est encore plus élevé. La majorité ne semble pas agacée par les promoteurs. Bien au contraire ! Que de largesse !

Xavier Fortinon constate que les tarifs sont trop élevés comparativement à ceux du lotissement du RAZ. Arnaud Bourdenx explique cette différence par la situation géographique des terrains.  “Il y a un problème de latitude pour que ce soit plus cher aux Oiseaux ?” ironise le conseiller de l’opposition. Pas besoin d’un sextant pour calculer qu’ils sont sur la même latitude. Pas besoin d’être grand clerc pour entendre le sous-entendu : le quartier des Oiseaux est plus chic que celui du Raz, ce qui justifie un prix plus élevé !

Largesse… latitude… seule la largeur d’esprit manquait à l’appel, ce soir-là.

Arlette Bouigue

 

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.