Mimizan avenir

Point de vue

Point de vue

Transparence ?

Une cinquantaine de personnes sont réunies à feue l’aire de camping-cars, le 12 décembre à 16 h. Celles qui ont eu la chance de trouver l’invitation du maire dans leur boîte à lettres. « En principe, vous avez été convoqués. » Plus quelques autres, soucieuses de l’avenir de Mimizan et que le bouche à oreille a menées là. Le manque de transparence est évoqué aussitôt, car le maire avoue à l’insu de son plein gré, que le projet de déplacement des parkings est mûri depuis des mois, voire des années. Alors pourquoi inviter les riverains, si tard, quand les décisions sont déjà prises ? Et pourquoi ne pas organiser une réunion publique avec toute la population, qui, je n’en doute point, est avide d’informations sur ce projet ? Puisque le Directeur général des services (DGS) affirme qu’ « il a été fondé dans l’intérêt des Mimizannais ».

Approximations

A peine M. le maire entame-t-il son discours qu’il se trompe sur le nombre de places de parking. En annonçant 50, une voix de stentor précise : « 80. » Après avoir pris conseil auprès de ses élus et conseillers divers, il concède les 80 places. « Plus 2 pour les handicapés », poursuit la voix. La voix… pas Mme Amestoy, spécialisée dans le handicap ! « Evidemment, il faut penser aux handicapés. »

Il se lance dans une « synthèse rapide, sans entrer dans les détails, garantissant au moins le même nombre, voire le double… dans les 150 ». Devant tant de clarté, les spectateurs veulent savoir où ils seront déplacés. « Le long de l’ancienne voie ferrée. Et là où est la piste cyclable : ils seront mieux agencés, qualitativement on y gagne. Ou ici dans les environs. » Babas, nous sommes restés !

Place au chef et au chef bis

Le maire s’étant chargé des détails, c’est l’entrée en scène du directeur général des services qui s’y connaît, lui, en tactique et technique. Et de son clone… Ce soir, Mme Talbordet, ex-DGS, répond à la place du maire, sans que quiconque s’en étonne et s’exprime par trois fois, avec véhémence. Je la croyais à la retraite… Je serais presque émue face à un tel dévouement !

Le maire n’ayant cessé de dire la satisfaction des riverains, des commerçants, un spectateur lui demande d’en avoir la preuve, ce soir. Me retirant discrètement avant la fin de cette réunion, j’ai eu la satisfaction d’assister à un vote à main levée. J’ai vu quatre ou cinq menottes approuver ce projet : je n’ai pu voir à qui elles appartenaient…

Tant que le maire ne nous demande pas de branler du chef pour approuver… il y a de l’espoir !

Arlette Bouigue

 

 

 

 

Dernier commentaire

  • ALAIN ROUMEGOUS
    20 décembre 2016 at 11 h 56 min Répondre

    Bonjour
    Approximations et précisions :
    Le 12 décembre devant l’hélistation, dans sa présentation, M. Plantier a indiqué que le parking pour véhicules légers comportait une soixantaine de place. L’intervention intempestive verbale a précisé qu’il y en avait réellement 89, soit environ 50% de plus qu’annoncé, dont 2 places pour handicapés.
    A noter que ces 2 places sont donc depuis le 15 novembre inaccessibles. Ce qui en cette saison est moindre problème, mais qui le deviendra dès le printemps. Peut être l’occasion pour la municipalité d’en rajouter sur le parking sud en front de mer et en profiter pour entretenir la signalisation au sol. Sachant que se trouve près du poste de secours sud, un chariot adapté pour la descente des personnes handicapées sur la plage, via la descente de secours.

    Concernant la participation à cette réunion d’information « provoquée », elle voisinait plus de 80 personnes, sans compter bien sûr les personnels de mairie et la demi douzaine d’élus…qui ont levé la main suite à la question « qui est pour le projet ».

    Cordiales salutations

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.