Mimizan avenir

Pour un débat et une gestion démocratiques de Mimizan

Pour un débat et une gestion démocratiques de Mimizan

Voici la tribune libre des élus de la liste Mimizan avenir parue dans le journal municipal Vivre à Mimizan de mai-juin 2015.

Nous vivons un début de mandat très chahuté où l’autoritarisme a pris le pas sur le débat démocratique.
Que l’opposition soit bafouée et reléguée, c’est chose courante depuis que M. Plantier est maire. Mais que des élus de la majorité – et non des moindres (2e et 3e adjoint) – soient ainsi limogés sans aucune explication, et surtout aucune considération, cela est pour le moins inquiétant pour le fonctionnement du conseil municipal, et plus largement de notre commune.

Drôle de procès
Le conseil municipal du 26 mars, en présence d’un public nombreux, fut en cela très éloquent et édifiant. Face aux questionnements des élus de la majorité sur la légalité de certains actes du précédent conseil (vente de terrains à Mimizan Plage), aucune réponse n’a été apportée, si ce n’est un dénigrement de la démarche et une privation de la parole de l’élu qui interpellait le Maire.
Face à la demande d’explication de M. Corbeaux quant à son éviction, relayée en cela par Mme Dulhoste, la seule réponse fut un mépris blessant leur expliquant que sa confiance était rompue sans autre forme de procès.

Déni et fuite
M. le maire est dans le déni permanent et la fuite en avant. Il protège, de façon inexpliquée, des dérives visant à dessaisir les élus de leurs prérogatives au bénéfice de ses proches collaborateurs à qui il accorde une confiance aveugle.
On assiste à un repli et à un enfermement du maire dans sa tour d’ivoire, avec comme seul rempart, sa garde rapprochée. Il considère que l’élection de mars 2014 lui a ouvert un boulevard lui autorisant tout et n’importe quoi.

Le profit à tout prix
Le patrimoine bâti et non bâti est distribué au gré des demandes individuelles, sans publicité et sans réflexion préalables ni stratégie patrimoniale, avec pour seul objectif : engranger des recettes. On ne regarde pas la qualité du site, son classement, sa valeur et son emplacement. Que ce soit un immeuble marquant de l’histoire de notre commune – en l’occurrence la maison dite « maison Plantier » – des terrains soumis aux aléas des submersions marines, des logements en plein centre-ville utiles aux personnes ayant besoin de se rapprocher des services… aucun argument ne pèse face à l’avidité de certains.

Les masques tombent
Nous sentons naître une prise de conscience dans les rangs de la majorité sur des pratiques que nous dénoncions, sans succès, depuis plusieurs années. Nous devons tous contribuer à rétablir une gestion équilibrée où les élus retrouvent la place que la population leur a confiée. Le danger que notre commune bascule dans un système où la décision est confisquée durablement par un petit nombre est une réalité que nous devons stopper.
Nous en appelons aux Mimizannaises et Mimizannais épris de liberté d’expression que chacun, chacune, à sa place, manifeste par tous les moyens qu’il jugera utiles, son refus d’un recul de la démocratie dans la gestion de notre commune.
M. Plantier doit entendre la prise de conscience de la population afin de renoncer, enfin, à cette confiscation du pouvoir mortifère pour notre commune et ses habitants.

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.