Mimizan avenir

Projet de création de ZAC du Parc d’Hiver

Projet de création de ZAC du Parc d’Hiver

Conseil municipal du 13 juin

 

Deuxième intervention de Xavier Fortinon : Après son analyse du projet, vous pourrez apprécier la …riposte du premier adjoint, qui ne répond jamais sur le fond : ce serait trop lui demander.

 

Monsieur le maire et  Monsieur le rapporteur,

Le projet que vous poursuivez pour cette entrée de Mimizan Plage nord ne respecte pas l’identité paysagère de notre territoire et va contribuer à la dégradation de notre environnement et cadre de vie.

Notre sentiment est aggravé par l’expérience désastreuse des Hournails où le projet initial a totalement disparu, laissant libre cours à l’anarchie architecturale et environnementale constituant un véritable gâchis et annonciateur de véritables difficultés de vivre ensemble dans ce quartier, dans les années à venir. La satisfaction des seuls promoteurs immobiliers ne peut servir de boussole et de ligne directrice à une politique publique d’aménagement urbain.

Dans la mesure où ce sont les mêmes ingrédients et les mêmes acteurs qui sont identifiés dans la ZAC du Parc d’Hiver nous pensons que nous assisterons à une réplique des Hournails.

D’autre part, l’avis de la Mission régionale d’autorité environnementale(MRAE) est pour le moins réservé et le mémoire en réponse que vous avez fourni est loin de lever toutes les réserves évoquées par cette autorité environnementale. Je reprendrais les éléments de conclusion » sur les thématiques de la préservation de la biodiversité, de la gestion de l’eau, du cadre de vie, de la desserte en transports et de la prévention des risques, l’analyse des impacts et des mesures de réduction apparaissent insuffisantes et la MRAE considère que le dossier doit être approfondi ».

Enfin, compte tenu de la crise que connaît la démocratie participative et la défiance qu’inspirent les actions des élus en général, un tel projet -dans sa conduite et l’association des habitants- devrait être exemplaire. Il nous semble qu’il aurait été souhaitable d’aller bien au- delà de la stricte concertation obligatoire. L’acceptabilité d’un tel projet par la population est essentiel pour sa réussite. La lecture attentive des observations sur l’étude d’impact témoigne d’inquiétudes très fortes et ce ne sont pas les commentaires favorables de supporteurs patentés qui viennent masquer cette réalité.

Pour toutes ces raisons nous nous opposons fortement à ce projet de création de ZAC du Parc d’Hiver dans la continuité de notre opposition au projet de PLU qui l’intégrait déjà. La préservation de l’environnement n’est plus une option mais bien la ligne directrice qui doit guider nos projets d’aménagement. Vous êtes trop à l’écoute des opérateurs immobiliers et pas assez  à l’écoute de l’intérêt  général et des habitants.

 

« C’est un exposé désastreux et sur la satisfaction des promoteurs, nous n’en attendions pas moins de vous. Il n’y a aucune ombre au tableau. Vos arguments ne sont pas à la hauteur de ce qu’on veut créer. » Sans oublier ce qu’il prend pour une banderille : « Quant au projet participatif, vous au département, ça date d’il y a deux mois. » C’est vrai, mais le budget participatif citoyen, lui, EST une réalité.

 

Dernier commentaire

  • Sibylline océans
    28 janvier 2020 at 2 h 02 min Répondre

    Etrange de crier au loup aujourd’hui alors qu’en 2013, si l’on se réfère à la fameuse étude CASAGEC (que la communauté de communes s’est vue contraindre par la CADA de rendre publique), l’étude stratégique Rapport final Phase 2 , P 42/45) :

    « Dans un troisième temps, les objectifs territoriaux de la communauté de communes, dressés de manière globale en comité de pilotage lors de la séance du 22/07/2013, ont été intégrés à l’analyse. Parmi les objectifs cités, la ligne directrice retenue par le comité de pilotage et les élus a été de développer l’activité économique et touristique autour du Courant et du littoral, tout en gardant comme objectif principal de sécuriser les biens et les personnes. »

    LA LIGNE DIRECTRICE RETENUE PAR LE COMITE DE PILOTAGE ET LES ELUS A ETE DE DEVELOPPER L’ACTIVITE ECONOMIQUE ET TOURISTIQUE AUTOUR DU COURANT

    A aucun moment, l’environnement n’a été votre objectif. C’est l’approche des élections et les 3/4 d’avis défavorables au projet qui vous ont fait changé d’avis ?

    • Mimizan Avenir
      28 janvier 2020 at 11 h 08 min Répondre

      Quelques éléments de réponse:
      -En 2013, M.Plantier et son équipe étaient à la tête de la Communauté de communes, sans élu de l’opposition car ils n’avaient donné aucun poste, démontrant ainsi leur vision de la démocratie et leur gestion opaque des dossiers. Les élus de Mimizan Avenir n’ont donc pas été consultés sur ce dossier et n’ont pu donner leur avis.
      -L’étude Casagec, à laquelle vous faites allusion, concernait la gestion du trait de côte et les aménagements des berges du Courant liée à la stratégie locale, initiée au niveau régional par le GIP littoral. La Sepanso avait sollicité la CCM pour obtenir cette étude, faite quand M. Plantier en était président. Elle a été transmise quand Xavier Fortinon en a pris la présidence.
      -Cette étude ne concernait pas l’aménagement du Parc d’Hiver.

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.