Mimizan avenir

Tous responsables

Tous responsables

Voici la dernière tribune libre des élus de l’opposition à paraître dans le prochain bulletin municipal le M, rédigée au lendemain des élections régionales qui ont vu la poussée des suffrages en direction de l’extrême droite.

Élus républicains, nous ne pouvons pas être indifférents à la poussée des mouvements d’extrême droite dans notre pays. Les défenseurs de la République et de la fraternité doivent s’engager pour endiguer ce mouvement qui demain submergera notre pays si nous restons spectateurs. Nous avons l’obligation de défendre les valeurs qui fondent notre modèle français et qui a fait sa réussite et notre fierté. Est-ce acceptable de laisser bafouer la fraternité au quotidien sans réagir ou pire, en faisant mine de ne pas entendre les propos de haine et d’exclusion qui s’appuient sur des mensonges ? Nous avons le devoir de les dénoncer et de les poursuivre.

L’échelon local constitue le premier maillon de notre démocratie. C’est à ce niveau que la bataille des idées et des pratiques doit être menée. Collectivement, nous devons tous travailler au rétablissement de la confiance des citoyens en direction des institutions et des responsables qui les dirigent.
Élus municipaux, bien que dans l’opposition, nous irons vers tous les Mimizannais pour leur présenter notre compte rendu annuel de mandat et aborder avec eux les thématiques essentielles qui rythment la vie dans une commune. Il faut s’employer à retisser ce lien que beaucoup jugent à tort ou à raison distendu.

Conseillers municipaux, nous sommes tous des femmes et des hommes politiques, car nous avons en charge la gestion de la ville et sa cohésion. Face à une société qui encourage et glorifie le chacun pour soi – et par conséquence le repli sur soi – notre commune doit veiller à ce que personne ne reste sur le bord du chemin. Elle doit travailler à construire et garantir au quotidien la solidarité entre les citoyens, les associations éducatives, culturelles, sportives et caritatives. Elle doit être le fer de lance du vivre ensemble. La proximité doit être la prise en compte de besoins liés à l’intérêt général concernant le plus grand nombre. Ce ne doit pas être la satisfaction de besoins individuels.

Mais la réussite ne pourra être au rendez-vous que si collectivement nous apportons des réponses au mal être qu’exprime la majorité des abstentionnistes et des électeurs d’extrême droite. L’hypocrisie doit être bannie, la vérité dite et assumée.
Face aux difficultés d’emploi qui gangrènent notre société, nous avons au minimum l’obligation de moyens. Localement, nous devons tout faire pour participer à l’activité des entreprises locales commerciales, artisanales voire industrielles. Aux opérateurs immobiliers venant de l’extérieur, nous devons imposer le recours à des acteurs locaux. Dans nos marchés publics, nous devons inclure des clauses sociales et environnementales. Dans l’alimentation collective, organisons nos commandes afin de ne pas exclure de fait les producteurs locaux.

Chacun, à son niveau, doit au minimum utiliser les moyens à sa disposition pour faire reculer le chômage et ne pas reporter exclusivement la responsabilité sur les acteurs nationaux, justifiant ainsi son impuissance.

En exerçant avec convictions et honnêteté leur mandat, chaque élu sera une pierre qui contribuera à édifier un rempart contre les idées obscurantistes.

Que 2016 soit l’année de l’espoir et sonne le recul de l’exclusion.

Les élus de Mimizan Avenir

 

Pas de commentaires

Laisser votre commentaire

Avertissement. Tout commentaire à caractère discriminatoire et diffamatoire ne sera pas publié.